Cyberattaque de l'hôpital de Dax : une rançon demandée pour décrypter les données

Après la cyberattaque dans la nuit de lundi à mardi 9 février, le centre hospitalier de Dax dans les Landes fonctionne au ralenti. Le téléphone est partiellement revenu. Mais la majeure partie des données informatiques sont rendues inaccessibles par un logiciel rançon. 

Le centre hospitalier de Dax compte 2300 personnels
Le centre hospitalier de Dax compte 2300 personnels © Google Street View

Les réunions de crise s'enchaînent au centre hospitalier de Dax dans les Landes où le directeur de l'Agence régionale de santé de Nouvelle Aquitaine est attendu ce jeudi 11 février à 15h30.  

La cyber attaque, perpétrée dans la nuit de lundi à mardi, continue de paralyser le bon fonctionnement de l'établissement.
Selon le maire de Dax, Julien Dubois, président du conseil de surveillance de l'hôpital, il ne faut pas s'attendre à un retour à la normale avant au moins 15 jours. 


La phase de diagnostic du réseau informatique se poursuit. Selon une source interne, la majeure partie des données informatiques de l'hôpital sont inaccessibles. Ni les dossiers médicaux des patients, ni les logiciels "métiers" sont consultables. Seul le standard téléphonique, hors service jusqu'à ce mercredi matin, fonctionne à nouveau partiellement.

 

Tout le réseau informatique est hors service. C'est toute la "colonne vertébrale" de l'établissement qui est touchée.

Julien Dubois, président du conseil de surveillance de l'hôpital

 

Lors de l'attaque, le ou les malfaiteurs ont bloqué l'accès aux données notamment médicales. Celles-ci sont toujours présentes sur les serveurs internes, confirme le service communication du centre hospitalier. Mais un "logiciel rançon" a été téléchargé par le ou les pirates. En clair : il faut maintenant payer pour dévérouiller l'accès.

Notre priorité est de sécuriser la prise en charge des patients, ceux déjà hospitalisés et ceux qui continuent de l'être. Il n'y a pas d'évacuation de l'hôpital. Mais clairement, nous fonctionnons au ralenti. On a ressorti les stylos et le papier !

Cellule communication du Centre hospitalier de Dax

 

"On ne sait pas combien de temps ça peut durer"

Une cyberattaque : le scénario redouté par tous les établissements hospitaliers confie-t-on en interne. On ne sait pas combien de temps cela peut durer et c'est sûrement ce qu'il y a de plus inquiétant.
Rodolphe Jarry, procureur de Dax, confirme que l'attaque informatique est de grande ampleur.

Nous avons été saisis tardivement dans cette affaire. Mais au vu de l'ampleur de l'attaque qui a touché toute l'informatique et la téléphonie, j'ai choisi de me dessaisir du dossier au profit du parquet de Paris doté d'une cellule de lutte contre la cybercriminalité.

Rodolphe Jarry, Procureur de Dax

Le Parquet de Paris confirme la demande de rançon rapporte France Bleu Gascogne.
Une enquête est ouverte pour atteinte à un système de traitement des données mis en oeuvre par l'État par bande organisée, modification et introduction frauduleuse de données et extorsion en bande organisée et association de malfaiteurs. 

 

 

Centre de vaccination COVID 19 suspendu et médecins libéraux sollicités

Seules les urgences les plus graves continuent d'être prises en charge. L'arrivée de nouveaux patients est limitée au maximum.
Le réseau des médecins libéraux est sollicité pour apporter son soutien à l'établissement hospitalier où la continuité de soin est assurée précise Julien Dubois.

Nous sollicitons également les centres hospitaliers de la région et des alentours pour la prise en charge de certains patients, par exemple ceux en radiothérapie, en cancérologie, où il est impératif de disposer des outils informatiques.

Julien Dubois, président du conseil de surveillance de l'hôpital de Dax

 

Le centre de vaccination contre la COVID 19 installé à l'hôpital de Dax est suspendu jusqu'à nouvel ordre, confirme-t-il. Les dossiers des patients y sont 100 % informatisés et donc inutilisables.

 

D'autres attaques similaires ces derniers mois en France

L'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information a été saisie par la Préfecture des Landes. L'ANSSI est l'autorité nationale en matière de sécurité et de défense des systèmes d'information. Elle épaule actuellement les équipes du centre hospitalier de Dax pour tenter de rétablir la situation.

Ce n'est pas la première fois qu'un établissement hospitalier français est victime d'attaques similaires.
En décembre dernier, le centre hospitalier de Narbonne s'est fait pirater avec un logiciel rançon, ainsi que celui d'Albertville-Moutiers. En 2019, le CHU de Rouen avait déjà été touché par une cyber attaque d'ampleur.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société internet économie justice