Landes : dans les pas des sentinelles du climat

la Lagune de Castet Bieilh sur la commune de Seignosse / © Clément Alet - France 3
la Lagune de Castet Bieilh sur la commune de Seignosse / © Clément Alet - France 3

Depuis 2016, les sentinelles du climat mènent une vaste enquête de terrain auprès de 20 espèces de la Nouvelle-Aquitaine. Objectif : évaluer et prédire l'évolution de la biodiversité régionale face au changement climatique. Partons à la recherche des libellules au bord d'une lagune à Seignosse.

Par Clément Alet

La lagune de Castet-Bieilh, sur la commune de Seignosse, dans les Landes est à son niveau le plus bas en ce début septembre.
Gilles Bailleux, chargé de projet au conservatoire des espaces naturels d'Aquitaine et Stéphanie Darblade, chargée de mission à la réserve naturelle de l'Etang Noir vont malgré tout se lancer dans un comptage minutieux : celui des odonates, autrement dit les libellules. 

Depuis deux ans, ces "sentinelles du climat" appliquent le même protocole. Ils répertorient ces insectes sur une longueur de 50 mètres, pendant 30 minutes.

On retrouve beaucoup de ces libellules au Danemark ou en Scandinavie et même dans l'Est de l'Europe. Comme ce sont des espèces plutôt nordiques, on suppose que ce sont les premières qui vont être impactées par le changement climatique.
Gilles Bayeux. 


La Lagune de Castet-Bieilh est un des 250 sites choisi en Nouvelle-Aquitaine pour suivre vingt espèces animales et végétales dans leur milieu naturel. Cette vaste opération a été initiée en 2016 mais les données sur le terrain ne sont récoltées que depuis deux ans.
 
Une "Crocothemis erythraea" : la libellule écarlate lors de l'opération de comptage sur la lagune / © Clément Alet France 3
Une "Crocothemis erythraea" : la libellule écarlate lors de l'opération de comptage sur la lagune / © Clément Alet France 3


L'originalité du programme "sentinelles du climat" réside dans le suivi de plusieurs espèces, sur plusieurs écosystèmes, dans le même temps, à l'échelle régionale. L'approche scientifique du recueil de données devrait permettre de répondre en premier lieu à une question : quel est l'impact concret du changement climatique sur la biodiervisité de la Nouvelle-Aquitaine ?

On mesure mais on va aussi, dans le programme, essayer de faire de la modélisation pour pouvoir prédire les effets du changement climatique, et faire des préconisations en terme de gestion.
Carine Lecoeur de l'association Cistude Nature chargée du programme "sentinelles du climat".
 

Nous avons accompagné ces "sentinelles du climat" sur le terrain ►
Dans les pas des sentinelles du climat

 

Sur le même sujet

Les + Lus