Deux adolescents interpellés pour braquage à main armée à Mont-de-Marsan

Deux jeunes âgés de 16 et 19 ans sont soupçonnés d'être les auteurs d'un vol à main armée dans une station-service le 17 mai dernier. Un employé avait été blessé pendant l'attaque. Ils ont été mis en examen et écroués ce vendredi. 

Les faits remontent au dimanche 17 mai. Il est presque 19 heures quand un individu pénètre dans la boutique de la station-service Total Acces de Mont-de-Marsan, une arme de poing à la main.

 

Il tire trois coups de feu en direction de l'employé présent ce soir là, visant la tête. Ce dernier ne sait pas qu'il s'agit d'un pistolet d'alarme.

Puis l'agresseur s'approche et le roue de coups avec la crosse de son arme. Il dérobe l'argent de la caisse et s'échappe avec l'aide d'un complice qui l'attend à l'extérieur.

Montant du butin : 600 euros.

Les policiers du commissariat de Mont-de-Marsan, chargés de l'enquête en collaboration avec la police judiciaire de Bordeaux, font le rapprochement avec un précédent braquage commis dans un bureau de tabac de la ville au mois de février.

Là, ce sont deux individus qui opérent. Ils font usage non pas d'un pistolet mais d'une bombe lacrymogène en direction du buraliste. Ils s'enfuient avec 300 euros.

L'enquête, menée notamment à partir des images de la vidéosurveillance interne aux deux commerces et avec les recoupements d'appels téléphoniques, a permis d'interpeller deux jeunes hommes mercredi matin 10 juin chez eux à St-Pierre-du-Mont, dans la banlieue de Mont-de-Marsan.

 

Les deux adolescents sont lycéens. Ils sont âgés de 16 et 19 ans et étaient jusque là inconnus de la justice.

Le majeur a intégralement reconnu les faits selon le procureur de Mont-de-Marsan Olivier Janson. Le jeune mineur n'a reconnu sa participation que partiellement.

Ils ont été mis en examen pour vol à main armée en bande organisée et placés en détention provisoire conformément à la demande du Parquet.

Leurs actes, aggravés par l'usage d'une arme, pourraient les mener devant la Cour d'Assises. Ils encourent entre 15 et 30 ans de réclusion criminelle.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité