Landes: la cuvée de coeur et d'étoiles des Vignerons de Tursan

Comme chaque année, les Vignerons de Tursan ont donné rendez-vous à des personnalités du monde de la gastronomie, du vin et du rugby pour la création d'une cuvée solidaire au bénéfice des grands bléssés du rugby. Un assemblage teinté d'excellence et de convivialité chez les frères Coussau.
« Pour faire un bon vin, il faut du bon raisin ! ». Pour le moment, tout le monde est d’accord ! Dans deux heures, il faudra pourtant qu’il y ait un consensus pour que naisse un « Grand Vin ».

Nous devons faire un vin qui nous ressemble et qui correspond aux valeurs de la fondation et du rugby: de la convivialité, de l'élégance et de la finesse à l'image d'un beau cadrage-débordement!

Nicolas Rimaud, oenologue de la Cave Coopérative de Tursan


Deux tables de dégustation ont été dressées entre la maison landaise à colombages qui abrite les chais et les 1200 pieds de vignes du micro domaine La Petite Lagune. C’est ici que les frères,  Jean le cuisinier et Jacques le sommelier, jouent de leur passion pour le vin. 

Un vignoble expérimental, planté par Jacques, à l’occasion des 50 ans de Jean Coussau doublement étoilé par le Guide Michelin au Relais de la Poste, jadis l’épicerie auberge familiale. Pour les 70 printemps du Chef, son filleul, Compagnon, a agrémenté les lieux avec un poulailler, magnifique reproduction du patrimoine de Marquèze. « Alain Ducasse veut le même ! ».  Symbole des valeurs et de la passion gasconne, Jean Coussau parle avec fierté de ce cadeau achevé la semaine dernière. Mais les invités du jour ne profiteront que du cadre bucolique, car la partition à écrire est à base de notes de Tursan.

Un vin d'exception pour les grands bléssés du rugby

Depuis le millésime 2011, la cave Coopérative des Vignerons de Tursan élabore une cuvée spéciale dont une partie des bénéfices est reversée à la Fondation Albert Ferrasse qui vient en aide aux grands blessés du rugby. 

Nicolas Rimaud, l’œnologue de la cave coopérative donne quelques indications aux participants : « Il s’agit d’assembler la cuvée Oh Cœur des Vignes 2018. C'est le phare de l'appellation, la vitrine du travail au quotidien de la Cave. Nous devons faire un vin qui nous ressemble et qui correspond aux valeurs de la fondation et du rugby: de la convivialité, de l'élégance et de la finesse à l'image d'un beau cadrage-débordement!"

L'âme du château Pétrus

Pour mener à bien sa cuvée solidaire, Nicolas Rimaud s’est entouré d’un casting de premier choix à commencer par Jean Claude Berrouet, l’un des plus grands œnologues de l’histoire du vin dont le nom sera à jamais associé au légendaire Château Pétrus en Pomerol.

C’est ce qu’il y a de plus jouissif dans notre métier

Jean-Claude Berrouet, oenologue

 
Basque venu en voisin, le « retraité » conseille encore les vignobles du monde entier. Il est le fidèle ami pour cette opération d’assemblage : « C’est ce qu’il y a de plus jouissif dans notre métier. C’est un moment de créativité où l’on construit. C’est là où l’homme existe car, le vin est la conséquence de l’alchimie entre une matière première donnée par la nature avec des circonstances climatiques et une intervention humaine au stade de la vigne et de la vinification. »

Les étoiles de la gastronomie, du vin et du rugby

À sa droite, l’universitaire, oenologue, critique, journaliste et écrivain Pierre Casamayor et Alain Dutournier. 

La coopérative de Geaune déploie des efforts surhumains depuis quelques années. Pour moi, c’est un devoir de les valoriser.»

Alain Dutournier, Chef 1 étoile Carré des Feuillants


Le Chef Landais du Carré des Feuillants, une étoile à Paris, est l’un des habitués de ce rendez-vous : « Cela me tient particulièrement à cœur, car j’ai une partie de ma famille en Tursan. J’ai connu le travail dans les vignes avec des attelages de bœufs. C’est un terroir de caractère. La coopérative de Geaune déploie des efforts surhumains depuis quelques années. Pour moi, c’est un devoir de les valoriser.»

Quelques vignerons de la cave coopérative, des amis, Jacques Laurans, le président de la Fondation Ferrasse et le journaliste Gérard Piffeteau complètent l’équipe. Manque à l’appel, le Chef 3 étoiles Michel Guérard, retenu au dernier moment par la visite à Eugénie-les-Bains, d’un membre de la famille royale du Luxembourg.
L’esprit vin, gastronomie rugby anime le travail. Sur le tableau préparé par l’œnologue de la cave, il faut coucher les commentaires sur la dégustation des neuf lots du millésime 2018 sélectionnés. « Le plus gros du travail a été fait en amont. La sélection commence avant les vendanges, sur les parcelles. Nous avons les outils technologiques pour connaître parfaitement la maturité exacte des raisins », explique Nicolas Rimaud.

Le Tannat, roi des cépages gascon

Chaque lot est spécifique mais les trois cépages du Tursan en rouge sont présents : le cabernet sauvignon, le cabernet franc et l’emblématique Tannat. Ce cépage du Sud Ouest est pour Pierre Casmayor « un fauve qu’il faut dompter, c’est tout l’art du vigneron et de l’œnologue ».

chaque échantillon est labéllisé avec la norme Agriconfiance

Régis Lafenêtre, directeur de la Cave Coopérative des Vignerons de Tursan


Régis Lafenêtre, le directeur de la Cave Coopérative des Vignerons de Tursan précise que « chaque échantillon est labellisé avec la norme Agriconfiance et un cahier des charges spécifique à la cave ».Le vin est parfois déjà élevé en fûts de chêne plus ou moins vieux pour des notes boisées plus ou moins marquées.

La solennité de la dégustation est souvent interrompue par les anecdotes de chacun. Tous se délectent des souvenirs de Jean-Claude Berrouet lorsqu’il a dégusté 80 millésimes sur 150 ans ou sur la généalogie des cépages de la région. Après chaque gorgée recrachée, les participants échangent les commentaires notés : « c’est un bel équilibre, une belle puissance, l’acidité est intéressante, la maturité est optimale ! ». Les cabernets francs « denses, longs en bouche » séduisent. Tous comme les tannats passés en fûts de chêne français « la noblesse dans le bois ». Le vin dégage des parfums « de cacao, de porto » et même de « menthe poivrée magnifique ! »

L'assemblage d'un millésime parfait

Avec leur sensibilité, leur expérience, les dégustateurs doivent créer un assemblage avec les différents lots de vin. Dans une éprouvette, les professionnels réalisent l’alchimie parfaite qui sera dosée à l’hectolitre près. 

Il faut faire un équilibre, car le caractère d’un terroir peut être rustique et brutal

Pierre Casamayor, journaliste et écrivain


Pierre Casamayor n’hésite pas beaucoup : « Jean-Claude travaille plus la finale. Moi, j’aime travailler l’attaque avec les arômes et la souplesse en bouche, mais nous n’avons aucun mérite, car le millésime 2018 est parfait ! ».
Naturellement, le caractère des vins de Tursan ressort. Pierre Casamayor rappelle « qu’il faut faire un équilibre, car le caractère d’un terroir peut être rustique et brutal. Il faut amener des éléments qui affinent tout cela. C’est un chemin de crête ! Aujourd’hui le Tursan est un vin qui est près de ses racines et qui ne va pas vers les modes, c’est très bien».

Pour Jean-Claude Berrouet, lui-même vigneron dans le vignoble d’Irrouleguy : « Je veux qu’un vin exprime son terroir, son identité, son accent, mais on a des apriorismes par rapport à des appellations. Il faut qu’il y ait une notion paysanne, pourquoi ? Ils n’ont pas le droit à l’élégance ? Moi, je me bats pour cela ».

40 000 bouteilles 

Les débats n’ont pas duré très longtemps. Le millésime 2018 de la cuvée Oh Cœur des Vignes fera la part belle au cabernet franc et au tannat aux arômes de chêne local.
L’objectif est atteint. 40 000 bouteilles devaient être mises sur le marché au printemps 2021. 

Cette journée correspond totalement à nos valeurs d’amitié, de spontanéité, de joie de vivre et surtout d’espérance ».

Jacques Laurans, Président de la Fondation Albert Ferrasse Fédération Française de Rugby


Depuis le début de l’opération, 22 000 euros ont été reversés à la Fondation Albert Ferrasse représentée par son Président : « La Fondation vient en aide à une centaine de grands blessés du rugby. Une grande partie de nos moyens est fournie par la Fédération Française de Rugby et par la Ligue Nationale de Rugby, mais cette opération permet d’aider encore plus nos blessés. Cette journée correspond totalement à nos valeurs d’amitié, de spontanéité, de joie de vivre et surtout d’espérance ».

Une centaine de vignerons font aujourd’hui vivre le terroir des vins de Tursan, une tradition présente dans les Landes depuis plus de 2000 ans. Très confidentiel, le vignoble affiche ses ambitions et compte bien sur ces ambassadeurs prestigieux pour se faire connaître comme un grand vin parmi les grands vins.  
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vins culture gastronomie rugby sport