• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Landes : le désensablement du lac d’Hossegor fait débat

Le sable s'accumule au fond du lac d'Hossegor et le rend impraticable à marée basse. Le dragage est devenu nécessaire. / © F3A
Le sable s'accumule au fond du lac d'Hossegor et le rend impraticable à marée basse. Le dragage est devenu nécessaire. / © F3A

Depuis quelques années, le niveau de l’eau se réduit dans le lac d’Hossegor. Le sable s’accumule et rend certaines parties impraticables à marée basse. La municipalité veut faire un dragage mais la Sepanso s’oppose à ce projet brutal. Une pétition a été lancée en ligne.

Par Alexandre Muffon Cattin & Amy Mcarthur

Le lac d’Hossegor devient de moins en moins praticable à cause d’un ensablement qui empire d’année en année. A marée basse, une partie du lac est vaseuse, l’autre est impraticable pour les activités nautiques.

"La clientèle est très insatisfaite de la situation", confie Guillaume Bielli du Hossegor Lake Paddle.

Arrêté municipal pris


La Ville a donc pris un arrêté municipal pour réaliser un dragage afin de résoudre le problème. Les travaux devraient débuter en octobre mais la Sepanso a déposé un recours. La justice devra donc trancher.

Pour l’association, ce dragage "massif", comme Sylvie Brossard le décrit, "aurait l’effet inverse". Le "chantier-éclair" de 5 mois pourrait en effet sévèrement impacter la biodiversité du lac. Ce lieu est un "véritable conservatoire naturel pour les oiseaux, les végétaux et la faune marine".

Dans ce communiqué de presse, la Sepanso explique les raisons derrière les recours en détail

 

Pétition lancée en ligne



Pour autant, la Sepanso n’est pas contre un dragage, elle sollicite une manière plus douce, plus progressive, pour retirer le sable.

En attendant la décision du tribunal, une pétition a été lancée en ligne et a déjà récolté plus de 3000 signatures.
 
Lancée il y a quelques jours, plus de 3 000 personnes ont soutenu la décision de la Ville. / © Capture d'écran
Lancée il y a quelques jours, plus de 3 000 personnes ont soutenu la décision de la Ville. / © Capture d'écran
Pourtant, cette pétition contient des inexactitudes. Aurélie Labarthe, ostréicultrice de cinquième génération, explique : "Dans la pétition, ils disent que les cabanes à huîtres sont fermées à cause de l'ensablement, mais c'est plutôt les algues et les courants qui affectent nos cultures... il ne faut pas tout mélanger non plus !

Elle n'a pas signé, estimant que cette requête en ligne relevait du populisme. Sylvie Brossard de la Sepanso est critique aussi : "Ils disent que c'est une pétition pour les amoureux du lac... mais nous aussi on est amoureux du lac ! C'est pour lui qu'on se bat avec les recours."  

Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus