Meurtre de Johanna Blanes : le principal suspect mis en examen et placé en détention provisoire

Le tunnel ou a été trouvé le corps de la jeune femme à Mont-de-Marsan / © Marie-Eve Constant - France 3 Aquitaine
Le tunnel ou a été trouvé le corps de la jeune femme à Mont-de-Marsan / © Marie-Eve Constant - France 3 Aquitaine

Le principal suspect du meurtre de Johanna Blanes, retrouvée morte dans un tunnel de Mont-de-Marsan dimanche 7 juillet, a été mis en examen pour meurtre précédé de viol et placé en détention provisoire. Aucune charge n'a été retenue contre les trois autres hommes interpellés dans cette affaire. 

Par Maïté Koda


La garde à vue des quatre hommes interpellés dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de Johanna Blanes a pris fin ce samedi matin. Le corps de cette jeune femme de 24 ans avait été retrouvé dans un tunnel piéton entre Mont-de-Marsan et Saint-Pierre-du-Mont ce dimanche. 
 

Mise en examen du principal suspect

Le principal suspect, un homme de 32 ans originaire de Syrie et réfugié politique, a été mis en examen pour meutre précédé de viol, a annoncé le parquet de Mont-de-Marsan. Il ne reconnait pas les faits et a été placé en détention provisoire. 
 

Aucune charge retenue contre les trois autres hommes interpellés

Trois autres personnes, hébergées au domiciles du suspect avaient également été placées en garde-à-vue. Mais aucune charge n'a été retenue contre elles et leurs garde-à-vue ont été levées, précise le parquet, qui ajoute qu' "aucun profil génétique autre que celui du mis en examen n'a été retrouvé sur les prélèvements effectués sur le corps de la victime", démentant ainsi les informations du Parisien. 

Les trois hommes de nationalité marocaine, amlgérienne et tunisienne étant néanmoins étant illégalement sur le territoire français, elles se sont vues notifier des arrêtés préfectoraux d'obligation de quitter le territoire et placées en centre de rétention.


 

Objets personnels

Le trentenaire, installé dans les Landes depuis 2016, avait été interpellé jeudi matin à son domicile par les enquêteurs. Ces derniers avaient retrouvé chez lui plusieurs effets personnels de Johanna Blanes, dont le boîtier de son téléphone portable, avait précisé le procureur Olivier Janson lors d'une conférence de presse ce vendredi.
 
 

Profil connu

L'homme, dont le profil est connu du fichier national d'empreintes génétiques, a été trahi par les analyses d'ADN retrouvé sur le corps de la jeune femme. Il avait déjà fait l'objet d'une procédure pour violences conjugales en 2018. 

Sur le même sujet

Des livreurs de Deliveroo relient Bordeaux à Paris pour dénoncer leurs conditions de travail

Les + Lus