Surf : Hossegor attend les stars

La grande foule est attendue pour l'édition 2019 / © P.Pannier
La grande foule est attendue pour l'édition 2019 / © P.Pannier

L'élite mondiale féminine et masculine sera sur les vagues landaises à Hossegor du 3 au 13 octobre 2019. Avec un enjeu majeur à trois étapes de la fin du circuit mondial WSL 2019. 

Par Nicolas Morin

Alain Riou compte les jours. Avant les premières séries prévues le jeudi 3 octobre, le directeur de compétition du Quiksilver et du Roxy Pro scrute les vagues de la plage Nord d'Hossegor, choisie pour accueillir l'épreuve. Connue de tous les surfeurs de la planète, la Nord est un site mythique.

Pour retenir le bon spot de la compétition, on tient compte de la formation des bancs de sable, des vagues de l'été...Hossegor, c'est un endroit où il faut être préparé à toutes les conditions car elles changent très vite. C'est là où on voit les vrais champions.

Alain Riou - ancien surfeur professionnel -


Un choix crucial pour le bon déroulement des épreuves. Car à trois étapes de la fin du circuit mondial de la World Surf League, l'enjeu sera énorme dans les tubes landais.

 

Medina et Moore en haut de la vague


Les deux vainqueurs à Hossegor en 2017 sont en grande forme.
Chez les hommes, Gabriel Medina s'est imposé lors de la septième étape sur la vague artificielle de Kelly Slater en Californie le week-end dernier.

Le Brésilien a fait coup double car cette victoire lui a permis de prendre les commandes du classement général et d'espérer obtenir un troisième titre mondial. Mais il devra sortir le grand jeu à Hossegor. Car l'ami de Neymar n'a que deux cent quatre-vingt-quinze points d'avance sur son compatriote Filipe Toledo. 

Chez les femmes, Carissa Moore possède une marge plus importante au classement mondial, 3410 points. Une nouvelle victoire à Hossegor rapprocherait encore plus l'Hawaïenne d'un quatrième sacre planétaire. 
 

A quoi faut-il s'attendre pour cette édition 2019 ?

L'année des français ?


Jamais dans l'histoire de l'épreuve landaise un Français n'est monté sur la plus haute marche du podium.
Le meilleur espoir repose sur les épaules de Johanne Defay. La Réunionaise, qui surfe les vagues d'Hossegor depuis son enfance, est en grande forme. Elle n'a été battue qu'en finale lors de la dernière étape en Californie et occupe la neuvième place mondiale. La meilleure française a les moyens de triompher devant ses fans.

Chez les hommes, la vague est encore plus haute. Michel Bourez et Jérémy Flores, respectivement treizième et quatorzième au classement ont leurs chances. Le second, lui-aussi Réunionais, connaît parfaitement les beach break des Landes pour y séjourner régulièrement depuis ses débuts sur une planche.

 



Le local de l'étape, Joan Duru, né à Ondres, rêve également de s'illustrer. Une performance à domicile conforterait son maintien dans l'élite mondiale pour l'année prochaine. Il est actuellement le vingt-quatrième meilleur surfeur du monde.

C'est une période charnière dans la saison car tout le monde a besoin de résultats. J'aimerais bien qu'un Français gagne. Si les conditions sont excellentes, ils ont leurs chances.
Alain Riou

A voir à partir du 3 octobre. 

Sur le même sujet

Changement d'heure

Les + Lus