Le combat de Philippe Meynard contre les AVC

Ce jeudi marque la 4e journée mondiale de l’accident vasculaire cérébral (AVC).  Elle sera consacrée à la reconnaissance des signes d’alerte de la pathologie. Retrouvez le témoignage de Philippe Meynard qui consacre sa vie à faire campagne pour alerter sur les dangers de l'AVC. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité
Selon les chiffres donnés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), cette pathologie touche une personne toute les cinq secondes dans le monde. L’accident vasculaire cérébral (AVC) est provoqué par un arrêt brutal de la circulation sanguine (infarctus cérébral) ou par la rupture d’une artère (hémorragie cérébrale), ce qui entraîne la mort des cellules du cerveau. Plus la prise en charge médicale est rapide, mieux l’AVC sera traité et soigné.

Pour en parler avec précision et passion, rien ne vaut une expérience personnelle. C'est ce qui a conduit Philippe Meynard, l'ancien maire de Barsac, en Gironde, à prendre son bâton de pélerin pour marcher et raconter son histoire : un AVC qui le touche à 43 ans et qui le laisse pour mort.

Il doit sa résurrection au geste d'un chirurgien bordelais et s'en sort avec un minimum de séquelles. Depuis Philippe Meynard a abandonné toute activité politique. Il marche sur les routes pour mieux faire connaître cette maladie et donner ses recommandations : surveillance de la tension, bonne hygiène de vie, etc.

A ses côtés, le reportage de nos confrères de France 3 Aquitaine, Helène Chauwin, Didier Bonnet et Sarah Paulin.
Reportage d'Hélène Chauwin et Didier Bonnet.