Double meurtre à Foulayronnes : le tireur présumé a été interpellé

Un fugitif activement recherché pour le double meurtre d'un couple, abattu mercredi en présence de ses enfants à Foulayronnes, a été
interpellé jeudi matin. La gendarmerie du Lot-et-Garonne a diffusé le portrait du suspect et lancé un appel à témoins. 

Le suspect a été arrêté par des policiers peu après 09H00 sur le parking d'un supermarché à Agen "sans opposer de résistance", a précisé la gendarmerie du Lot-et-Garonne. 
Il se trouvait à l'intérieur d'un véhicule qu'il avait volé la nuit dernière durant sa fuite et une arme a été découverte à l'intérieur du véhicule.

Jeudi matin, 150 gendarmes étaient mobilisés pour tenter de le localiser. En parallèle, un appel à témoins avait été lancé.

La gendarmerie indiquait rechercher un individu "susceptible d'être dangereux et armé pouvant circuler dans un véhicule utilitaire blanc". 
L'homme est décrit comme mesurant "1,70 m", à la corpulence "assez forte", aux yeux "clairs", aux cheveux "gris", au "crâne dégarni" et "pouvant porter un bonnet".

Le couple a été tué par balles mercredi vers 08H30 en présence de ses deux enfants, âgés de 5 et 10 ans, qui sont physiquement indemnes. Alertés par l'un d'eux, qui a été témoin du meurtre, les gendarmes ont découvert les corps des parents, tous deux âgés de 42 ans, gisant sur le sol, devant le garage de la maison.

Le père de famille était responsable d'une entreprise de BTP à Agen. Selon un de ses collègues, désormais à la retraite, l'homme interpellé est un "ouvrier" ayant travaillé dans l'entreprise de bâtiment que dirigeait la victime. "Chasseur", il était "un homme habitué à avoir un fusil dans les mains", a t-il précisé.  "Je l'ai rencontré il y a trois ou quatre ans sur un marché, il m'avait raconté qu'il avait de la haine à l'encontre" du père de famille,
a-t-il raconté à un correspondant de l'AFP.

"Tout est parti d'un accident du travail en 2008, qui ne le concernait pas lui, mais un copain à lui qui a été blessé". "Depuis, il en voulait à la victime et le menaçait régulièrement". "Il allait chez lui quand il était absent, il mettait des couleuvres dans la piscine des enfants. Il installait des panneaux avec des inscriptions menaçantes", a-t-il ajouté.




##fr3r_https_disabled##