"Je ne pourrai pas payer mes crédits" se désole un arboriculteur lot-et-garonnais

Le gel a fait des ravages dans les cultures arboricoles du Lot-et-Garonne. De nombreux exploitants ont perdu une grande partie de leurs récoltes. Le régime de calamité agricole annoncé par le gouvernement ne suffira pas à faire face à l'épreuve.

Cet arboriculteur du Lot-et-Garonne a perdu la quasi totalité de ses récoltes de kiwis, de prunes et de pommes.
Cet arboriculteur du Lot-et-Garonne a perdu la quasi totalité de ses récoltes de kiwis, de prunes et de pommes. © T.Elobo/F3Aquitaine

C'est la gorge nouée qu'il fait le tour de son exploitation. José Perès, arboriculteur au Temple-sur-Lot en Lot-et-Garonne, avoue n'avoir jamais eu à affronter un tel désastre.

On est touché sur l'ensemble de l'exploitation. Aucun verger n'est épargné que ce soit sur les coteaux, dans les plaines, en bordure du Lot.

"Tout a brûlé, on a pris 12 heures de gelée, tout est mort" - José Perès, arboriculteur au Temple-sur-Lot.
"Tout a brûlé, on a pris 12 heures de gelée, tout est mort" - José Perès, arboriculteur au Temple-sur-Lot. © T.Elobo/F3Aquitaine


"Regardez, le fruit devrait être complètement vert comme la feuille et on voit bien que la prune a noirci sous l'effet du gel. Il reste rien". L'agriculteur lot-et-garonnais estime que 80 à 90% de sa production est perdue. Autant pour les prunes que pour les kiwis ou les pommes.
Sur ses 65 hectares de vergers, le manque à gagner pourrait s'élever à 350 000 euros. "Je ne sais pas comment on va faire" se désespère t-il. Le régime de calamité agricole annoncé par le gouvernement ne le rassure qu'à moitié.

"On sait qu'il va être long à mettre en place, on n'en connaît pas les montants et on est très nombreux à être touchés partout en France. Aujourd'hui, on compte pas beaucoup là-dessus". 

José Perès va plutôt tenter de convaincre son banquier de l'aider. Il va lui demander un report et un étalement de ses crédits qu'il ne pourra pas rembourser cette année.

Rencontre avec José Perès dans ce reportage de Thibault Grouhel et Taliane Elobo :

"Je ne pourrai pas payer mes crédits" se désole un arboriculteur lot-et-garonnais

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie intempéries