On vous explique pourquoi cette jolie tortue, ancienne star des aquariums, est une nuisance pour la biodiversité

Les cours d'eau du Lot-et-Garonne n'y échappent pas. Au Lac de Passeligne à Boé près d'Agen, on constate que la petite tortue de Floride, souvent relâchée à l'âge adulte prolifère et perturbe les écosystèmes.

C'était la star des aquariums dans les années 80-90. Érigée en animal de compagnie, la petite tortue de Floride, facile à caser dans un appartement, a fasciné de nombreux enfants et adolescents en mal de nature. Malheureusement, certaines d'entre elles ont quitté leurs mini-plages artificielles pour un retour à la nature quand quelques parents et enfants s'en sont lassés... En 1997, elle est finalement interdite à la vente en France.

Il faut dire qu'à l'époque, elle était vendue comme une "tortue naine". Mais, à l'âge adulte, ces reptiles seraient susceptibles d'atteindre 20 à 28 cm de long, pour un poids de 2 à 3 kg...

Elle prolifère dans la nature

La tortue de Floride, Trachemys scripta elegans de son nom scientifique, est reconnaissable à sa jolie couleur vert olive et ses petites taches rouges. Solitaire ou en bande, elle s'est très bien adaptée à nos latitudes. Elle a très vite colonisé les plans d'eau français même si elle est originaire des marais du sud-est américain.

La voici désormais comme chez elle, ou presque, sur les rives de nos lacs. Comme à Boé près d'Agen où les pêcheurs amateurs en croisent très régulièrement sur les berges du Lac de Passeligne. S'ils la trouvent plutôt jolie, ils savent que ce n'est pas une espèce autochtone, même si aujourd'hui, elle fait clairement partie du décor.

Aux dépens de la cistude locale

"La tortue de Floride est beaucoup plus agressive que la cistude d'Europe", explique Jean-Pierre Baqué qui est animateur nature à la Maison de la Garonne. Même "envers ses congénères, elle a tendance à mordre". Mais c'est également une agressivité territoriale. Si on constate la présence des deux espèces en un même lieu, la cistude perdra du terrain face à celle de Floride qui est plus vorace.

Car cette dernière a la particularité d'être carnivore dans ses jeunes années, se nourrissant "d'alevins à 90%". Puis, elle devient omnivore à mesure qu'elle grandit, absorbant alors d'à peu près tout : "alevins, amphibiens, larves d'insectes aquatiques, des végétaux ou petits fruits tombés dans l'eau". Tout lui profite : elle se développe et se reproduit plus vite que sa "cousine" la cistude qui aurait tendance à lui céder du territoire en cas de compétition. Il faut dire qu'elle peut pondre plusieurs fois par an, deux en moyenne,   5 à 20 œufs contre une seule fois pour la cistude avec trois à 16 œufs...

La cistude d'Europe est aujourd'hui classée comme une espèce "quasi menacée" par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

De la même façon sans doute que le ragondin qui lui est considéré comme un mammifère nuisible venu d'Amérique du Sud, la tortue de Floride s'est installée dans le paysage aquitain comme un peu partout en France. Elle n'a pas vraiment de prédateur et, avec une espérance de vie de 30 ans, ne semble pas disposée à quitter nos territoires.

En savoir plus sur les espèces exotiques envahissantes sur le site de l'Office Français pour la Biodiversité (OFB)

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité