• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Aiguillon (47) Le poilu revient chez les siens

© France 3
© France 3

Les restes du caporal Jean Boudon, né à Aiguillon et fauché par la  mitraille en 1917, dans l’enfer du mont de Sapigneul, près de Cormicy ont refait surface. Un siècle qu’il reposait, enseveli dans un champ jusqu'à ce qu'un tracteur le débusque début octobre.

Par KJ

Le 1er  août 1914, à 16 heures, quand le tocsin a sonné la mobilisation générale, Jean Boudon a quitté son Lot et Garonne pour les lointaines plaines de Champagne. Et le 16 avril 1917, aux premières heures de l’offensive Nivelle, ce caporal de 27 ans est tombé. Au début du mois, la famille Boudon, à Aiguillon, a été informée que le corps de leur ancêtre tué sur le Chemin des Dames avait été retrouvé dans un champ. Les effets personnels du poilu avaient été conservés.

Cultivateur à Aiguillon, le caporal Jean Boudon, classe 1909, enrôlé à Agen dans le 150e RI, est tombé donc ce 16 avril 1917 au pied Mont Sapigneul, dès les premières heures de l'offensive lancée par le général Nivelle. Les historiens parlent à ce sujet d'un fiasco doublé d'un carnage : 30 000 poilus tués en l'espace de dix jours.

Les restes du poilu d'Aiguillon
Les restes du caporal Jean Boudon né à Aiguillon et fauchés par la mitraille en 1917, dans l’enfer du mont de Sapigneul, près de Cormicy ont refait surface. Un siècle qu’il reposait, enseveli dans un champ jusqu'à ce qu'un tracteur le débusque début octobre

 

Sur le même sujet

Interview du Pr Henri Joyeux

Les + Lus