Crèches réquisitionnées : le grand chamboule-tout du reconfinement

A l’heure où certains parents s’organisent depuis chez eux pour occuper leur progéniture, d’autres, aux professions dites « essentielles », ont été obligés de chambouler leurs habitudes pour faire garder leurs plus jeunes enfants en urgence dans des crèches réquisitionnées.

Pour ce troisième confinement, les familles ont du s’adapter en urgence pour faire garder leurs jeunes enfants.
Pour ce troisième confinement, les familles ont du s’adapter en urgence pour faire garder leurs jeunes enfants. © Ingrid Gallou

Passés les premiers jours de panique, la situation s’est stabilisée à la crèche Kirikou.
Dans cet établissement agenais aux horaires atypiques (4h45-22h), on accueillait déjà les enfants des soignants. Mais depuis quelques jours, d’autres bambins ont fait leur apparition. Habituellement inscrits dans d’autres crèches de l’agglomération, ils ont dû changer d’établissement pour les quelques semaines de confinement, amenés là par des parents mis au pied du mur.
 

Les couples de parents réquisitionnés n’ont pas le choix, ils ont besoin d’aller travailler. Mais c’est sûr, cela n’a rien d’agréable d’amener ses enfants dans une crèche que l’on ne connaît pas.

Delphine, la directrice de la crèche Kirikou

Exit la période d’adaptation d’usage pour toute arrivée dans une crèche. Même pour les plus petits "les plus impressionnables", pas le temps d’y aller progressivement, les enfants ont dû être accueillis tout de suite pour des journées entières. "On nous demande d’offrir une solution de garde immédiate, dans l’urgence, c’est vrai que cela va à l’encontre de nos méthodes de travail habituelles." déclare Delphine, Directrice de la crèche Kirikou

Expliquer la situation aux enfants

Alors, familles et professionnels ont dû s’adapter. Multiplier les échanges et privilégier la transmission d’informations avec les parents. Mais surtout, expliquer la situation aux enfants.

© Ingrid Gallou

Pas de larmes dans cette crèche, l’aplomb des bouts de choux a même surpris le personnel ! "Au premier confinement, on appréhendait beaucoup, mais finalement, tout s’est très bien passé au niveau des enfants, qui se sont totalement adaptés. Certes, quelques-uns ne semblent pas encore parfaitement à l’aise, mais on craignait que ce ne soit bien pire ! De notre côté, il a fallu se rendre disponibles et bienveillants pour rassurer les enfants."

Avec en son sein des personnels réquisitionnés et d’autres en congés, la crèche fonctionne en effectifs réduits : 30 enfants actuellement au lieu des 50 que peut accueillir l’établissement.

160 familles concernées dans le Lot-et-Garonne

Au niveau du département, le réseau de crèches de garde a été revu à la baisse par rapport au premier confinement de mars 2020. A l’époque, 26 structures étaient restées ouvertes, mais certaines étaient restées vides. Et pour cause, davantage de parents avaient été contraints de rester chez eux. Il y a un an aussi, le facteur « peur » avait dissuadé les familles qui le pouvaient de faire garder leurs enfants en crèche.
Actuellement, le dispositif a été resserré autour de 18 crèches, réparties sur l’agglomération d’Agen, le Marmandais et le Villeneuvois. De quoi accueillir les enfants des 160 familles dont les deux parents ont été réquisitionnés, personnels soignants, gendarmes, pompiers ou travailleurs sociaux. 
Une organisation menée tambour battant par les services de la Protection maternelle et infantile (PMI) du conseil départemental, à la veille du week-end pascal.

Imbroglio autour des assistantes maternelles

Car passée l’annonce faite par le président de la République mercredi 31 mars, il a fallu contacter la soixantaine de crèches du département. Le but ? Faire la liste de tous les parents réquisitionnés et donc prioritaires.

Nous avons dû gérer la panique des parents dès le jeudi soir autour de l’imbroglio concernant la fermeture d’abord annoncée puis annulée des assistantes maternelles . Nous avons reçu des e-mails de parents inquiets tout le week-end, cela a rajouté de l’angoisse dans des familles déjà inquiètes.

Docteur Anne Cappiello, médecin directeur des services actions de santé de la PMI au Conseil départemental

Signalements COVID chez le personnel et les parents

Des contraintes qu’il convient de relativiser face à la situation d’avant-confinement, marquée par les incessantes alertes COVID  recensées au sein des crèches du département. "On revient de loin, précise le Docteur Anne Cappiello, nous avons été confrontés à une multitude de signalements chez les adultes, que ce soit nos personnels ou les parents, tout particulièrement dans le Marmandais. Nous avons passé un temps considérablement à remonter tous les contacts tracing avec la sécurité sociale. Certaines unités ont même été contraintes de fermer, les personnels étant mis en quarantaine ».
Fort heureusement, pas de cas grave à signaler pour le moment. Dans les crèches du Lot-et-Garonne, on croise les doigts pour que le confinement porte ses fruits, en espérant une rentrée plus sereine le 26 avril prochain.

Structures d'accueil Petite Enfance du Lot-et-Garonne mobilisées pour les personnels prioritaires Covid-19

- AGEN – « Kirikou » ZAC Agen Sud – avenue d’Italie - 05.53.98.30.30

- AGEN – « Yakari » rue de la Grande Muraille 05.53.47.18.47

- LE PASSAGE –Micro crèche  ADMR – Rue Lacordaire – 05.53.48.56.72

- LE PASSAGE - « A petits pas  » -             2 av Consuegra - 05.53.98.64.77      

- MONTAGNAC Micro crèche –Lieu dit Bellevue- 05 53 97 03 16

- NERAC - « Comptines » - 10 bvd Alfred Parent – 05.53.65.35.34

- PORT STE MARIE - « lou Pitchounet » 05.53.68.31.98

- AIGUILLON - "Pause Câlin" rue Abbé Pierre – 05 53 88 17 18 

- MARMANDE - Crèche familiale - avenue Bérégovoy - 05.53.64.16.55

- MARMANDE - « Les Petits Pas »- résidence du châtau d'eau- 05 53 93 91 81

- TONNEINS - Multi-accueil « Croque Lune » 2 bis, Rue A. Chabrier - 05.53.84.43.94

- CASTELJALOUX  – « Les Lutins » 8 bis rue Henri IV– 05.53.93.98.62

- MIRAMONT - " Yves Dumichel" - 185 av Joliot Curie - 05.53.64.34.07

- CANCON - « les Kokinous » Rte de Boudy- 05.53.01.02.17

- MONFLANQUIN  - 2 rue des écoles- 05 53 36 32 05

- VILLENEUVE-SUR LOT - "Saint Etienne" Boulevard Danton – 05 53 70 09 47

- CASTELMORON - "Le nuage rose"- 1 Chemin des caillabènes - 05.53.84.97.38

- FUMEL - « La Souris Verte » Rue du Chemin rouge- 05.53.71.09.82

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement société covid-19