Lot-et-Garonne : un médecin de campagne privé de permis, ses patients s'improvisent chauffeurs

Le docteur Vicentiu Minteanu, à droite, avec son patient-chauffeur du jour, Robert Chazottes. / © Dubieilh Margaux
Le docteur Vicentiu Minteanu, à droite, avec son patient-chauffeur du jour, Robert Chazottes. / © Dubieilh Margaux

Alors que l'Agenais est touché par la désertification médicale, le médecin de Colayrac-Saint-Cirq ne peut plus prendre le volant, après l'expiration de son permis roumain. En attendant son équivalent français auquel il peut prétendre, le docteur doit se faire conduire pour visiter ses patients. 

Par AR

À cause d'une lenteur administrative, le docteur Vicentiu Minteanu, qui exerce à Colayrac-Saint-Criq à côté d'Agen, est privé de permis de conduire. 

En effet, à l'expiration automatique de son permis roumain (qui n'est valable que dix ans), le médecin s'est adressé à la prefecture du Lot-et-Garonne pour recevoir son équivalent français, auquel il a le droit de prétendre.
 

Déjà vingt mois d'attente 


Une demande effectuée en janvier 2018, et qui n'a toujours pas aboutie, vingt mois plus tard. 

Alors pour visiter ses patients dans la campagne lot-et-garonnaise, c'est sa femme qui prend le volant, lorsqu'elle est disponible. Sinon, certains de ses patients, touchés par sa situation, s'improvisent chauffeurs. 

"Je suis à la retraite, je n'ai rien à faire, et je trouve ça normal, des docteurs, on en a besoin ! Déjà que c'est dur avoir des médecins, alors s'ils n'ont plus le permis, qu'est-ce qu'on fait?" souligne Robert Chazottes, patient-chauffeur du jour. 

"On  a besoin de lui, quand on ne peut pas de déplacer, comment peut-on faire ? Il n'a pas eu d'accident ni rien, alors pourquoi ?" s'interroge l'une des patientes âgées qu'il va visiter. 

De son côté, le médecin plaisante avec amertume : "je me sens comme un directeur d'entreprise"."Mais c'est frustrant", ajoute-il, car il perd du temps dans ses déplacements lorsqu'il doit demander à son épouse de venir le chercher. "Cest une attaque aux médecins de campagne". 

La mobilisation a payé 

Ce vendredi 18 octobre, la préfecture du Lot-et-Garonne communique ainsi :  " A la demande de la mairie de Colayrac-Saint-Cirq, la préfecture de Lot-et-Garonne est intervenue auprès du centre d'expertise et de ressource des titres (CERT) de Loire-Atlantique, chargé au niveau national de l'échange des permis de conduire étrangers pour résoudre le dossier de Monsieur Vicentiu MUNTENANU. Ce dernier a pu transmettre aux services de la préfecture la pièce manquante pour valider définitivement le dossier.

Monsieur MUNTEANU disposera d'ici à l'obtention de son permis définitif, d'une attestation provisoire lui permettant de conduire sans restriction aucune.
communiqué de la préfecture


Regardez le reportage de Margaux Dubieilh et Benoit-Pierre Morin réalisé avant la décision de la préfecture : 

 
Colayrac-Saint-Cirq en Lot-et-Garonne : un médecin mais pas de voiture




 

Sur le même sujet

Bergerac : des consultations en télémédecine en accès direct depuis la pharmacie

Les + Lus