Retour à l’école le 11 mai : les doutes d’un maire-enseignant

Réélu maire de Nérac, professeur des écoles, chargé de l'éducation au Conseil départemental du Lot-et-Garonne, Nicolas Lacombe était l’interlocuteur tout trouvé pour évoquer le sujet épineux de la réouverture des classes. Masques, protocole et cantines, transports, objectif atteignable ou pas?

Retour annoncé pour le 11 mai pour les plus petits.
Retour annoncé pour le 11 mai pour les plus petits. © Ingrid Gallou

Les écoles de Nérac vont-elle rouvrir la semaine prochaine ? 
" En tant que Maire, je me focalise sur les quatre écoles publiques de la communes, deux maternelles et deux primaires. Nous serons en capacité d’assurer le respect du protocole sanitaire, mais pas la restauration scolaire. Ce sera donc aux parents de préparer des pique-nique. "

> Nérac : 6827 habitants recensés en 2017. Au sud-est d'Agen, dans le département du Lot-et-Garonne.

 

Des centaines de maires, en Ile-de-France notamment, dénoncent un calendrier intenable et irréaliste. Partagez-vous ce sentiment ?  
"Je pense effectivement qu’une réouverture en septembre aurait été plus raisonnable. Nous avons reçu dimanche 3mai  le protocole sanitaire définitif pour une ouverture prévue d’ici tout juste une semaine. 53 pages de conditions très strictes qui vont compliquer la vie de la classe."
Chaque fois qu’un enfant tousse, il faut qu’il aille se laver les mains, les élèves ne doivent pas passer d’objets à leurs camarades… A mon sens, on sera plus sur une garderie que sur du réel apprentissage
Je rappelle que le Conseil scientifique, comme l’Ordre des médecins se sont opposés à cette réouverture en mai, qu’ils jugent précipitée."
 

Nicolas Lacombe en mars 2020. Le maire de Nérac, réélu en mars, est aussi enseignants. Il prépare la réouverture des écoles dans sa commune et son département.
Nicolas Lacombe en mars 2020. Le maire de Nérac, réélu en mars, est aussi enseignants. Il prépare la réouverture des écoles dans sa commune et son département. © Facebook Nicolas Lacombe


En tant que professeur des écoles, serez-vous en classe le 11 Mai ?
"Je serai à l’école en tant qu’enseignant de classe de CM2. Ma priorité sera de faire respecter ce protocole, ce qui constituera l’essentiel de ma journée, au détriment de l’enseignement. Difficile d’interdire à des enfants de bouger, de se passer des objets, de jouer au ballon en cour de récréation. Le problème, c’est le décalage entre ce que peuvent naturellement respecter les élèves et ce qui leur est demandé." 

Et en tant que père de famille, enverrez-vous vos enfants en classe ?
Ma grande fille est étudiante, la question ne se pose pas pour elle. Mes deux derniers sont collégiens en sixième et cinquième. Si les cours s’apparentent davantage à un système de garderie, ils resteront à la maison. "

Vous êtes également Vice-président du Conseil départemental en charge des questions d’éducation. Comment s’annonce la reprise des collégiens en Lot-et-Garonne ?
"
La première question sera celle du transport, sujet crucial s’il en est, puisque 10 000 des 12 000 collégiens sont transportés par des bus affrétés par la région et les agglomérations. Or, il est évident que les cars ne pourront pas circuler à plein comme d’habitude, avec 50 élèves à bord.
La seconde question concerne les repas. Nous ne pourrons produire que 4 000 repas, soit trois fois moins que l’effectif total des collégiens .
Enfin, sur les 250 agents de collège, seuls 200 ont annoncé qu’ils pourront reprendre le travail. Le fonctionnement des collèges connaîtra donc quelques tensions au vu du nombre d’agents présents."

Certains élus ont le sentiment de supporter une charge juridique, politique et morale. Avez-vous comme eux le sentiment que l’Etat se décharge sur les maires ?
Les écoles sont une compétence des communes, aussi c’est normal que les maires assurent leur responsabilité à ce niveau.
Après, à l’impossible nul n’est tenu. Il faudra compter sur le bon sens de tous pour que ça se passe le moins mal possible. À Nérac, nous possédons le personnel suffisant pour agir mais cela risque d’être plus compliqué dans les plus petites communes. 

Quels seront les grand changements dans les classes ?

"Le protocole prévoit des classes de 15 élèves maximum contre 25 à 28 élèves en temps normal à Nérac, donc il va falloir s’adapter. Si 10 familles décident de ne pas envoyer leurs enfants, cela passe pour les autres. En revanche, si tous les parents ont décidé de renvoyer en classe leurs enfants, il faudra mettre en place des rotations, soit un jour sur deux, soit une semaine sur deux."

Qu’en est-il des masques ? Agents, enseignants et élèves en seront-ils équipés ?
"Les enseignants seront fournis en masque par l’Education nationale et la commune équipera de son côté les agents municipaux dans les écoles."
La Mairie a fait deux commandes : 10 000 masques jetables à 60 centimes pièce, d’une part, à destination des services municipaux, des commerçants et des associations en contact avec la population et 7500 masques lavables 50 fois à 1€ 69 d’autre part, distribués aux habitants. Tous doivent arriver cette semaine ou la semaine prochaine, du moins c’est ce que l’on espère…

Entretien réalisé le lundi 4 mai par Ingrid Gallou - France 3 -
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société coronavirus santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter