Cet article date de plus de 5 ans

Un artiste distribue des doses de "Préjugix" contre les préjugés à Villeneuve-sur-lot

C'est un médicament contre les préjugés. 5.000 boîtes de "Préjugix" ont été distribuées ce samedi dans les pharmacies de Villeneuve-sur-Lot. Un artiste du Lot-et-Garonne signe cette performance destinée à donner la parole à des associations, qui estiment être victimes de préjugés.
"Handicapé physique ou mental c'est pareil" pour l'Association des paralysés de France; "si tu es homosexuel, c'est que tu le veux" pour Le refuge; "si elle reste, c'est qu'elle aime ça" pour la Maison des femmes contre les violences conjugales : voilà quelques-uns des messages qu'on peut lire dans une boite à sirop.

Des notices de médicaments détournées dénonçant des préjugés sur le handicap physique ou mental, la dépression, les seniors, les familles de malades psychiques, les jeunes, les violences conjugales, la reconversion professionnelle, l'homosexualité.

Neuf associations de lot-et-garonnaises ou nationales ont participé à cette performance de l'artiste plasticien Patrick Delpech, alias Pyropat, président de l'association Open Space à Villeneuve-sur-Lot dans le Lot-et-Garonne.

Ces boîte de +Préjugix+ 200 mg,  ont été distribué dans les 16 pharmacies partenaires de Villeneuve-sur-lot

Les préjugés sont inscrits au recto de la notice et les réponses au verso accompagnées des coordonnées des associations partenaires.

"C'est un projet hybride qui touche à la culture, la santé, la solidarité, le social", s'est félicité Patrick Delpech. "Il s'agit d'un objet d'art contemporain", dit-il, car "c'est une utopie totale de prétendre soigner les préjugés".

L'artiste espère que "cette innovation sociale et culturelle" va trouver un écho plus large, en se disant qu'il ne sera pas demain "à court des nombreux préjugés encore à traiter".

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture