• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Lot-et-Garonne : une école pour apprendre le maraîchage avec des ânes !

© France 3 Aquitaine
© France 3 Aquitaine

La seule école en France où l'on apprend à travailler la terre avec un âne se situe à Villeneuve-sur-Lot, dans le Lot-et-Garonne.Loin du folklore, la pratique permet de remplacer le tracteur par un compagnon très efficace.
 

Par MK avec Elise Galand

C'est une école unique en France. Un établissement dans lequel, chaque année, une quarantaine de stagiaires se forment à la traction animale. Les élèves : des maraîchers professionnels ou en reconversion, des jardiniers ou des particuliers.


Plantations, semis, buttage ou ramassage, l'âne peut tout faire. Pascal Sachot, directeur de l'école, ne voit que des avantages à la traction animale pour les maraîchers.  "on voit qu'il va pouvoir passer dans des petits rangs serrés, et qu'on va pouvoir optimiser la distance. Il est léger, ne cause pas de tassement du sol, il est maniable…"

 

Il y a une vraie demande et ça devient un véritable art de vivre


Aux petits soins

A l'école, on apprend aussi à chouchouter les ânes : alimentation, soins, harnachement… chaque étape est détaillée et répétée par les stagiaires.

Delphine Danat est productrice de lait d'ânesse en Catalogne. Elle a pourtant effectué la démarche d'intégrer l'école. "J'ai habitude des ânes, et pourtant chacun des gestes en décomposition. Mon objectif c'est d'éduquer les petits ânons afin qu'ils puissent ensuite travailler sur du maraîchage".

 

"Un coéquipier, un ami"

Les élèves s'exercent en conditions réelles chez le maraîcher voisin. Pas évident pour les stagiaires, mais une nouvelle façon de travailler pour Nathalie, qui après trente ans de maraichage bio s'est laissé tenter. " L'âne amène aussi un certain plaisir au travail. C'est un coéquipier, un ami, il y a une confiance qui se crée".


Devenir âne maraîcher n'est pas une mince épreuve pour les équidés. Au moins deux ans de dressage pour les animaux, confiés par des éleveurs et qui seront vendus à l'issue de leur formation.

"Ca me permettra d'être efficace tout de suite, explique  Sandrine Alain, stagiaire de l'école et future maraîchère.  C'est un métier d'éduquer des ânes, et moi je n'ai pas ces capacités-là." 

 

D'avoir un âne déjà éduqué et prêt à travailler c'est une facilité, et c'est pourquoi j'achèterai mon âne ici


 



 

Sur le même sujet

Salon Respire à Poitiers

Les + Lus