Mardi noir en Poitou-Charentes : des manifestations de lycéens à Saintes, Angoulême et Niort

© Léa Broquerie, francetv
© Léa Broquerie, francetv

Près de 200 lycéens ont manifesté ce mardi matin à Saintes pour protester contre Parcoursup et la réforme du bac. Mobilisation aussi à Angoulême. A Niort, des violences ont éclaté en fin d'après-midi.  

Par Valérie Prétot

Pour la première fois depuis le début de la mobilisation à Saintes, des enseignants soutiennent les lycéens engagés dans un mouvement de protestation contre la réforme du bac et contre Parcoursup. 

Ce mardi, les manifestants se sont rassemblés devant le lycée Bernard Palissy. Un tiers des enseignants de cet établissement était en grève.

L'ambiance était bon enfant, sans aucun débordement. En tout, 200 lycéens se sont mobilisés. Une nouvelle action est prévue vendredi prochain.

Le reportage de Léa Broquerie , Didier Gomez et Sandy Renault.
Intervenants : Hervé Lemesle, Professeur d'Histoire et Géographie - Lycée Palissy; Yaël Coudray, Elève de première; Enzo Razé,Elève de première.


A Angoulême, 200 à 300 jeunes mobilisés

A Angoulême, après la journée de mobilisation hier qui a réunit plus de 600 lycéens, 200 à 300 jeunes ont organisé un sit-in sur les carrefours les plus importants de la ville.
 

Des échauffourées à Niort

Ce matin, environ 200 lycéens ont manifesté dans le calme dans l'enceinte du lycée Jean Macé et sans bloquer l'accès à l'établissement.

L'ensemble des chefs d'établissement de Niort avaient autorisé des débats au sein des lycées pour garantir la sécurité des élèves et éviter tout risque de débordement. 

Une mesure insuffisante. Des échauffourées ont éclaté en fin d'après-midi devant le lycée de la Venise Verte.
Trois abribus brisés, des gaz lacrymogènes en réponse des forces de l'ordre.
En tout, quatre individus ont été interpellés depuis hier. 

Le maire de Niort Jérôme Baloge s'est rendu sur place. Ce soir, les députés de la majorité appellent au calme et à une vigilance encore plus grande des proviseurs.

Les images de notre confrère Guillaume Soudat à Niort
 


Selon les lycéens présents sur place, des casseurs se seraient mêlés à la mobilisation.

La réaction de l'un d'entre eux au micro de notre confrère Guillaume Soudat
 

 

Sur le même sujet

Coût de l'Arena Futuroscope

Les + Lus