• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Mémoire Oradour : le récit de Marguerite Rouffanche

Marguerite Rouffanche, en août 1969 / © France 3 limousin
Marguerite Rouffanche, en août 1969 / © France 3 limousin

Marguerite Rouffanche est la seule rescapée de l’église d’Oradour-Sur-Glane, où périrent 246 femmes et 207 enfants tués par les nazis le 10 juin 1944. Elle n’est apparue qu’à de très rares occasions devant la caméra. Ce témoignage, recueilli en 1969, est très précieux.
 

Par Franck Petit

Marguerite Rouffanche était une femme très discrète, timide, et surtout traumatisée par ce qu’elle a vécu le 10 juin 1944. En Août 1969, elle n’a accepté de témoigner devant la caméra de l’ORTF qu’en compagnie de son ami Robert Hébras, aujourd’hui dernier survivant du massacre.

Elle a vécu l’enfer, et ne doit son salut qu’au nuage de fumée provoqué par les allemands. Elle est parvenue à sauter par une fenêtre. Elle a été mitraillée. Elle a reçu 5 balles dans les cuisses et les jambes. L’une d’entre elle lui a fendu une omoplate en deux. Elle s’est cachée dans un jardin et n’a été secourue que 24 heures plus tard.

C’est grâce à Marguerite Rouffanche qu’on sait exactement ce qui s’est produit dans l’église. Les SS ont fait suffoquer leurs victimes avant de les mitrailler et de mettre le feu à l’église.
 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Des milliers personnes dans la rue pour défendre les Ikastolas au pays basque

Les + Lus