Poitiers - Bordeaux : les mairies écologistes voient rouge

Cinq ans après la signature de l'accord de Paris sur le climat, des lieux emblématiques à Poitiers et Bordeaux sont éclairés de vives lumières rouges. Les municipalités vertes veulent "alerter le grand public sur l'urgence climatique".
Du 9 au 14 décembre, l’Hôtel de Ville de Poitiers sera éclairé en rouge pour symboliser l’état d’urgence climatique.
Du 9 au 14 décembre, l’Hôtel de Ville de Poitiers sera éclairé en rouge pour symboliser l’état d’urgence climatique. © Ulysse Cailloux - France Télévisions
Elles ont choisi le rouge pour célébrer le 5ème anniversaire de l'Accord de Paris de lutte contre le réchauffement climatique. Poitiers et Bordeaux éclairent certains de leurs bâtiments emblématiques de cette couleur, à la fois symbole de colère et d'urgence.

Avec Tours, Grenoble et Lyon, les municipalités écologistes de la région rappelent, dans un communiqué, que "novembre 2020 enregistre un nouveau record : celui du mois de novembre le plus chaud jamais relevé dans le monde, rapprochant l'année 2020 du record de 2016".

Depuis mercredi, l'hôtel de Ville de Poitiers est ainsi illumé d'un rouge vif qui signe un appel à une prise de conscience générale de l'urgence climatique. Bordeaux s'apprête ce jeudi à éclairer la porte de Bourgogne, entrée vers le centre-ville située près de la Garonne, de cette même couleur.

Novembre 2020 est le mois le plus chaud jamais relevé dans le monde. 

Les maires écologistes de Poitiers et Bordeaux

Les élus, dont Léonore Moncond'huy, maire de Poitiers, et Pierre Hurmic, maire de Bordeaux, rappellent que les objectifs de la COP 21 "de maintenir l'évolution du climat dans une hausse inférieure à 2 degrés" ne seront pas atteints. S'ils estiment oeuvrer en faveur du respect des engagements pris lors de l'Accord de Paris par des initiatives dans leurs territoires, "dans tous les domaines, de l'agriculture bio au logement, des mobilités à l'économie de demain, des solidarités à la culture en passant par la santé", ils appellent l'Etat "à agir à (leurs) côtés et soutenir (leurs) initiatives".

Les élus verts prennent comme exemple "le mépris affiché par le gouvernement pour les travaux de la convention citoyenne pour le climat", une "trahison", selon eux, "faite à cet engagement".

L'ONU alerte aussi

Actuellement, selon des données de l'ONU, la planète s'oriente vers un réchauffement de 3 degrés Celsius, loin des objectifs de l'Accord de Paris.

L'ONU explique que pour garder un espoir de limiter le réchauffement de la planète à 1,5°C il faudrait réduire les émissions de gaz à effet de serre de 7,6% par an, chaque année de 2020 jusqu'en 2030 (alors que les émissions ont augmenté en moyenne de 1,5% par an sur la dernière décennie, pour atteindre un record en 2019 de 59,1 gigatonnes, soit 2,6% de plus qu'en 2018.

Si l'ONU estime que l'actuelle pandémie, avec l'arrêt d'une partie de l'économie mondiale pendant plusieurs mois, a entraîné une chute brutale des émissions des gaz à effet de serre, l'impact sera négligeable sur le long terme. Elle espère que la pandémie servira de leçon pour mettre en oeuvre une véritable "relance verte".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
écologie environnement europe écologie les verts politique cop21