Cet article date de plus de 5 ans

Poitou-Charentes : les réactions se multiplient après la nuit d'attentats

Après cette nuit sanglante d'attentats, les personnalités politiques picto-charentaises ont réagi, souvent sur les réseaux sociaux. Tour d'horizon.
Bilan provisoire : 128 morts et plus de 250 blessés
Bilan provisoire : 128 morts et plus de 250 blessés © Maxppp

Dominique Bussereau

Le président du conseil départemental de Charente-Maritime a dès hier soir exprimé son horreur et sa compassion.



Joint par téléphone, il a fait part de son souhait que "les pouvoirs publics et (..) et les hommes politiques par-delà leur différence fassent front. " (lire notre article)

Jean-Pierre Raffarin

Le sénateur UMP de la Vienne a publié cette image sur son compte Twitter.
A la mi journée ce samedi, Jean-Pierre Raffarin a publié sur son blog un texte d'une vingtaine de lignes intitulé "Tuer et mourir" ; texte dans lequel il appelle les autorités à "faire preuve de sobriété" et "la politique (à) fuir «la Com» et les ego-bavardages. Le silence, le recueillement, reste le message le plus fort, le plus désintéressé."

Jean-François Macaire

Joint par téléphone, le président de la région Poitou-Charentes a affirmé la "nécessité de se rassembler car la France ne doit pas se laisser déstabiliser." "Je fais confiance au gouvernement et aux institutions" a-t-il ajouté.
Jean-François Macaire, qui prône également la suspension de la campagne des régionales "le temps nécessaire", participera à la "marche blanche" organisée aujourd'hui à Poitiers.

 Jérôme Baloge

Le maire de Niort (UDI) a appelé, via son compte Twitter, à ne pas céder à la peur.

 

Jean-François Fountaine

Le maire de La Rochelle a été joint au Mexique où il se trouve actuellement. Il se dit "extrêmement choqué" par ces événements.
Dans un communiqué, il a également affirmé : "Nous sommes tous solidaires avec Paris et Saint-Denis. Nous nous associons à la douleur des familles et des proches des victimes. Toutes nos pensées vont également aux personnes meurtries."
Jean-François Fountaine est en liaison avec la préfecture de Charente-Maritime pour déterminer les niveaux de sécurité à mettre en place dans les zones maritimes dont il a la charge, c'est à dire le port de plaisance des Minimes et le port autonome de La Pallice. Il a également demandé que les drapeaux de l'Hôtel de ville de La Rochelle soient mis en berne.

L'Hôtel de Ville de La Rochelle
L'Hôtel de Ville de La Rochelle © Didier Gomez

Delphine Batho

Dans un communiqué, la députée SRC des Deux-Sèvres a réagi à ce qu'elle qualifie de "barbarie terroriste". Elle appelle les "Deux-Sévriens à s'associer au deuil national (...)  en respectant les recommandations de la Préfecture, pour exprimer dans la dignité (leur) refus de céder à la peur et leur amour de la devise Liberté-Egalité-Fraternité.
Delphine Batho, qui se rendra au Congrès à Versailles lundi, appelle aussi les responsables politiques à "s'unir sur l'essentiel : l'impérative éradication de Daesh et la défense de la République". 

Alain Rousset

Le candidat PS aux prochaines élections régionales suspend sa campagne électorale.

 

Virginie Calmels

Même réaction chez sa première concurrente du parti Les Républicains.


 


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attentats de paris faits divers terrorisme