Pour Jean-Paul Denanot la LGV Limoges-Poitiers devra être financée en partie sur fonds privés si elle veut bénéficier d’un soutien européen

De passage à Limoges, le député européen socialiste ancien président de la Région Limousin a fait le bilan devant la presse locale des dernières semaines d’activité au Parlement Européen.
Au menu : agriculture, budget, fiscalité, téléphonie mobile … et LGV Limoges-Poitiers.

Jean-Paul Denanot, député européen PSE
Jean-Paul Denanot, député européen PSE © France 3 Limousin
C’était un peu devenu une rengaine : quand on leur demandait «qui financera la LGV Limoges-Poitiers ?», pendant des mois ses promoteurs répondaient invariablement «c’est l’Europe qui paiera».
Mais depuis l’annonce de l’échec de son financement par le Mécanisme Européen d’Interconnexion en juin dernier, on croyait que les promoteurs de la LGV Limoges/Poitiers avaient tiré un trait sur leurs espoirs européens.

Tel le Phénix, le plan bruxellois pourrait renaître de ses cendres mais sous une forme édulcorée.
Selon Jean-Paul Denanot c’est le Plan Junker qui pourrait venir au secours du projet cher au cœur des élus haut-viennois. Avec le Plan Junker (du nom du Président de la Commission Européenne) pas le moindre euro de subvention européenne à l’horizon mais un système de garantie de l’Union Européenne pour encourager un éventuel investisseur privé qui souhaiterait financer la LGV Limoges-Poitiers.
Pour Jean-Paul Denanot, dans ce cadre un partenariat public-privé est l’option la plus probable.

LGV : pas de subvention mais une garantie de l'Europe pour rassurer des investisseurs publics ou privés 


Restent deux inconnues : trouver un investisseur privé qui acceptera de mettre de l’argent dans une ligne LGV dont l’exploitation est considérée comme déficitaire par la Cour des Comptes, et présenter avant 2017 ce montage financier à la Banque Européenne d’Investissement pour qu’elle apporte, ou non, sa caution.

VIDEO : 

durée de la vidéo: 01 min 17
Interview Jean-Paul Denanot sur LGV


Dans sa permanence parlementaire de Limoges, Jean-Paul Denanot a également évoqué les questions agricoles.

Rapporteur du budget 2016 de la Commission Agriculture du Parlement Européen il se félicite d’avoir pu repousser un amendement visant à harmoniser les aides directes de la Politique Agricole Commune dans tous les pays de l’Union sans tenir compte de leurs spécificités sociales ou fiscales. Une mesure qui aurait largement désavantagé les agriculteurs français.

Le Parlement Européen a également refusé de comptabiliser le méthane entérique (autrement dit les gazs provoqués par les flatulences des animaux) dans les mesures de pollution. De quoi rassurer les éleveurs et les vaches du Limousin.

Mais Jean-Paul Denanot s’avoue très inquiet des conséquences de la fin des quotas laitiers, pour les éleveurs laitiers bien sûr, mais aussi pour les éleveurs de race à viande. Leurs bêtes risquent d’être confrontées à un afflux de carcasses de vaches laitières réformées.

VIDEO :

durée de la vidéo: 01 min 17
Interview Jean-Paul Denanot budget agriculture


Membre de la Commission Budget du Parlement Européen, Jean-Paul Denanot regrette une fois de plus l’absence de financements propres de l’Union Européenne pour stabiliser son budget.

Aujourd’hui ce sont les états membres qui abondent la quasi-totalité du budget de l’Europe. Des états qui veulent toujours recevoir plus mais donner moins.
Certaines politiques sociales comme la « Garantie Jeune » qui permet d’accompagner les jeunes en difficulté sont menacées faute de financement.

budget européen : les états veulent recevoir plus mais donner moins 


Et l’Europe risque d’être à nouveau confrontée à une grave crise budgétaire si une solution n’est pas trouvée pour financer les fonds structurels de la Grèce d’ici le 13 novembre.

VIDEO :

durée de la vidéo: 02 min 02
Interviex Jean-Paul Denanot budget européen


Une bonne nouvelle cependant pour conclure le bilan des travaux du Parlement Européen de ces dernières semaines : la fin du «roaming».

D’ici juin 2017, les opérateurs n’auront plus le droit de surtaxer les communications téléphoniques entre les différents pays de l’Union Européenne. Appeler Berlin depuis Limoges coûtera le même prix que d’appeler Saint Junien.

Jean-Paul Denanot rappelle que cela faisait des années que les parlementaires européens se battaient pour que cette mesure soit imposée par la Commission Européenne.

Les cinq députés européens du Limousin
Au Parlement Européen, le Limousin est représenté par les cinq députés européens de la circonscription Centre-Massif-Central élus en juin 2014 au suffrage universel : 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie institutions européennes politique agriculture lgv transports
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter