Première édition du festival Horizon Vert en Haute-Vienne : une sélection de films sur le thème de l’écologie

Du 8 au 28 septembre 2021, quatre cinémas de Haute-Vienne ouvrent leurs salles à des films ayant pour thématique l'écologie. Le 14 septembre prochain, le cinéma de Saint-Léonard-de-Noblat diffusera, par exemple, le documentaire "La Terre du Milieu" consacré à Camille, devenue paysanne en Creuse.
Le Ciné-Bourse de Saint-Junien, un des cinémas participant au festival Horizon Vert.
Le Ciné-Bourse de Saint-Junien, un des cinémas participant au festival Horizon Vert.

"Ce n’est pas un film sur l’agriculture, c’est un film sur une femme qui tient ces choix, explique Juliette Guignard, réalisatrice du documentaire "La Terre du milieu". Ce film a comme décor le monde paysan mais il parle du rapport à la norme, jusqu’aux enfants qui se questionnent sur la norme de l’école." Diffusé le 14 septembre 2021 au cinéma Saint-Léonard-de-Noblat (Haute-Vienne), "La Terre du milieu", fait partie des quinze films qui composent la première édition du festival Horizon Vert en Haute-Vienne.

Depuis le 8 septembre et jusqu’au 28 septembre 2021, trente séances, à 5 euros, sont organisées par les cinémas de Saint-Junien, Saint-Yrieix-la-Perche, Saint-Léonard-de-Noblat et Eymoutiers dans le cadre de ce festival qui vise à mettre en avant des films de fictions et des documentaires avec l’écologie en toile de fond, explique le communiqué du festival. Le programme complet ici.

Pour cette première édition, Horizon Vert a choisi comme parrain le docteur en biologie et botaniste Francis Hallé, connu pour ses livres tels que "La vie des Arbres" ou encore "Atlas de Botanique poétique". Avec l’"Association Francis Hallé pour la forêt primaire", dont le siège est à Eymoutiers, il milite pour la renaissance d’une forêt primaire en Europe de l’Ouest de 70.000 hectares sans aucune présence de l’homme. "Une forêt primaire est une forêt qui n’aurait jamais été exploitée, cultivée, gérée. Une forêt dans un état totalement naturel", explique-t-il au micro de France 3 Nouvelle-Aquitaine.

"Ce documentaire, ce n'est pas sa vie"

Lors de ce festival, des projections auront lieu mais aussi des rencontres et des ateliers. Un contact avec le public très attendu par Juliette Guignard. "Il n’y a pas eu beaucoup de diffusions physiques pour ce film. Là, ça va être la première depuis septembre 2020!", souligne la réalisatrice. Cette dernière sera présente pour des discussions après la diffusion, accompagnée de Camille, personnage principal du film et des enfants également présents dans le documentaire. Dans ce dernier, qu'elle a réalisé seule, elle dresse non pas le "portrait", mais le "paysage" de Camille.

L’idée était de faire un portrait mais maintenant c’est plus un paysage de Camille. Tous les autres personnages, animaux compris, parlent et reflètent son parcours tout autant qu’elle.

Juliette Guignard, réalisatrice de "La Terre du milieu"

Un parcours singulier puisque Camille, issue d’un milieu plutôt intellectuel, bourgeois et originaire de Nantes, a fait le choix de s’installer dans une ferme en Creuse. Et ce, depuis 15 ans. "Ce qui m’intéressait dans le film, ce n’était pas de filmer l’installation mais un temps complètement ancré dans une vie. L’histoire de quelqu’un qui a créé son milieu, avec ses enfants qui vivent de cet ancrage."

Après trois ans de travail, d’immersion totale où la réalisatrice vivait plusieurs jours voire semaines avec son personnage, Juliette Guignard est parvenue à saisir un instant de l'existence de Camille: "Ce documentaire ce n’est pas sa vie, chaque spectateur doit se le figurer, on ne raconte pas la vie de quelqu’un mais l’histoire, la fenêtre que j’ai montré." 

Diffusé le 14 septembre 2021 au cinéma Saint-Léonard-de-Noblat, le documentaire est également prévu pour le mois du film documentaire en novembre 2021 notamment à la médiathèque intercommunale Eric Rohmer de Tulle (Corrèze) le 20 novembre prochain.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
documentaires culture festival événements sorties et loisirs