• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Béarn : la brigade anti-loup hybride est arrivée

Deux agents de la brigade anti-loup vont dortmir dès ce soir dans la vallée d'Ossau pour veiller sur les troupeaux. / © ftv
Deux agents de la brigade anti-loup vont dortmir dès ce soir dans la vallée d'Ossau pour veiller sur les troupeaux. / © ftv

La préfecture des avait annoncé sa création la semaine dernière. Elle est arrivée aujourd'hui en Béarn pour lutter contre les attaques du loup hybride qui seraient responsables de la mort de plusieurs dizaines d'ovins entre les vallée d'Ossau et de l'Ouzoum.

Par C.O


En déplacement dans le Béarn jeudi dernier, Francois De Rugy s'était engagé à traiter le problème des attaques de troupeaux par un loup hybride en vallée d'Ossau. Dans la foulée la préfecture des Pyrénées-Atlantiques avait dans un bref communiqué informé que le ministre "a missionné la brigade mobile d’intervention spécialisée de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) pour remédier aux attaques de troupeaux par le loup hybride". C'est désormais chose faite puisque deux hommes sont arrivés aujourd'hui en Béarn à Port de Castet précisément.

L'équipe nationale mobile d’intervention spécialisée de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) est donc rentrée en action. Elle est déjà intervenue dans le passé dans le Sud-Est du pays mais jamais chez nous en Nouvelle-Aquitaine. Quatre hommes sont mobilisés. Les patrouilles se font par équipe de deux.

"On est proches des troupeaux à une distance raisonnable d'observation et de surveillance (...). On va veiller toute la nuit si le prédateur est observé et qu'il est à distance de tir on va pouvoir faire feu et l'éliminer" explique Nicolas Jean, ingénieur à l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS).


Depuis le printemps "loup-hybride" aurait tué plus de 150 brebis dans la région. Les tirs de défense avaient donc été autorisés pour les éleveurs. Mais ça n'avait pas empêché le prédateur ne s'en prendre à 11 nouveaux animaux en Août dernier. Un technicien de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) avait confirmé grace à des photos que le prédateur était bien le fameux "loup-hybride" identifié une semaine plus tôt. L'estive avait pris fin avec un mois d'avance et de nombreux troupeaux avaient été redescendus et mis à l'abri. C'est la raison pour laquelle certains élus trouvent l'arrivée de cette brigade un  peu tardive.

Regardez le reportage de François Busson et Olivier Lopez dans lequel interviennent  Nicolas Jean (ingénieur à l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage) et Francis Doux (maire de Castet) :
 
Béarn Arrivée brigade anti loup

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Des enfants au Futuroscope

Les + Lus