Covid long : découvrez comment une clinique soigne ses patients à Aressy en Béarn

Extrême fatigue, maux de tête, perte du goût et de l'odorat. Certains patients peuvent souffrir des symptômes du Covid-19 pendant des mois, les empêchant de reprendre une vie normale.

Sandrine Berges a contracté le Covid il y a un an. Cette mère de deux enfants ne pouvait plus assurer le quotidien familial . "Vous êtes très diminué physiquement et psychiquement. Vous fatiguez très vite. Vous ne pouvez pas courir partout pour vous occupez des enfants" confie-t-elle. Elle avait aussi perdu l'odorat et le goût. 
 

C'est très déstabilisant. Vous savez détecter le sucré, le salé, l'amer, l'acide mais tous les aliments ont le même goût. Vous ne faites pas la différence entre de la viande et du poisson. Vous perdez aussi la notion de satiété. Inconsciemment vous cherchez le goût et vous mangez plus. D'autres, au contraire, vont perdre l'appétit. Vous perdez aussi en qualité de vie. Tous ces repas conviviaux sans odeur et sans goût....

Sandrine a intégré le programme de réhabilitation respiration de la clinique d'Aressy. C'est son médecin traitant qui l'a orientée vers ce service spécialisé dans la prise en charge des malades de Covid long. 

Une équipe multidisciplinaire de médecins, kinésithérapeutes, professeurs d'éducation physique adaptée, infirmières, diététiciennes soignaient déjà des patient atteints de maladies respiratoires. En sept semaines, ils donnent des clés aux patients de Covid long pour "aller mieux et patienter tous ces mois avant de reprendre une vie normale" explique Marie Bénichou. Pneumologue, elle est à l'initiative de la création de ce service dédié aux patients atteints de Covid long.

La plupart d'entre eux n'ont pas été hospitalisés. Ils ont eu des symptômes aigus mais ils sont restés à la maison. Ils se retrouvaient un peu démunis. Ils étaient essoufflés, souffraient de palpitations, de maux de tête. On leur faisait des examens mais les examens ne révélaient rien. Au début surtout, on leur disait, mais tout va bien. Mais ils se trouvaient dans l'incapacité à mener leur vie. 

A la clinique d'Aressy,  ces patients reprennent une activité physique de façon progressive. Ils apprennent à contrôler leur respiration,  à reprendre le contrôle sur leur souffle. Grâce à des exercices de chant par exemple. Ils sont dispensés par Julie Saint-Josse. Atteinte elle-aussi du Covid depuis un an, elle a été suivie au sein de l'établissement. Aujourd'hui, elle revient en tant qu'intervenante en chant avec son expérience de malade : 

Quand vous allez courir , quand vous lacez vos chaussures, quand vous allez faire la cuisine ou quand vous vous reposez, votre respiration s'adapte. Moi non. Je dois constamment être dans le mental et adapter ma respiration et m'essouffler le moins possible. 

En tant que professeure de chant, elle avait les techniques pour contrôler sa respiration. Ce qui lui a d'ailleurs valu une prise en charge tardive et une hospitalisation en réanimation. Elle partage aujourd'hui son savoir. 

"Pour les personnes qui ont de toutes petites respirations, qui hyperventilent avec des muscles trop contractés, l'idée, c'est d'amener de l'élasticité, de l'amplitude, de la détente, c'est une façon de travailler la respiration autrement que dans la contrainte. C'est quand même plus fun que de faire vingt respirations dans une paille"

Hugo Monge est kinésithérapeute. Grâce à ses exercices, les patients, affaiblis, se remusclent "Un muscle entraîné est moins gourmand en oxygène. L'idée c'est de rendre les muscles plus indépendants et solides et retarder l’essoufflement dans l'effort" explique-t-il. 

Sur son tapis, Delphine Le Corre, aide soignante, enchaîne les mouvements. Elle est prise en charge depuis une semaine mais déjà se sent "soutenue", "écoutée". 

Sandrine Berges, elle est à la fin des sept semaines de la prise en charge. Elle voit clairement les effets. 

Parfois vous croyez que vous allez mieux et deux jours plus tard, vous êtes complètement éteint. C'est un peu les montagnes russes. Au début, quand vous montez sur un vélo, vous vous dites je ne serai jamais capable de pédaler les 40 minutes comme on vous le demande. Et vous y arrivez petit à petit.

La majorité des patients atteints de Covid long sont des femmes d'âge moyen, qui n'ont pas contracté de forme grave et qui n'aspirent qu'à reprendre une vie normale. La clinique d'Aressy les y aide. 
 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société béarn