Agneaux de Pâques : le coronavirus fragilise les éleveurs

L’impact de la crise du coronavirus est violent. Confinement oblige, la fermeture des restaurants et des marchés prive l’agneau de lait de ses débouchés traditionnels. Idem sur le marché espagnol très friand de ce produit. 
Brebis manex tête rousse et leurs agneaux
Brebis manex tête rousse et leurs agneaux © Jean-Marc Arranz et Chambre d'Agriculture 64
L’ensemble de la filière subit un effondrement des commandes. Sans parler de celui des prix. En 2020, jusqu'à la crise, l'agneau a pu être payé au producteur jusqu'à 3, 50 euros le kilo vif. Un prix en baisse aujourd'hui d'un peu plus de 40 %.

Notre activité est frappée de plein fouet. Nous en appelons à la solidarité des consommateurs afin de limiter la casse. Il faut sauver nos coopératives.
Peio Quihillalt, président de la coopérative Axuria.


Or Pâques est le dernier rendez-vous important de la saison de l’agneau de lait. Habituellement, il représente 15 % des ventes annuelles de la coopérative Amatik (de la mère).  Et il atteint même 35 % du chiffre d'affaires annuel de la coopérative Axuria (l’agneau).
 

Un produit saisonnier

L’agneau de lait est proposé de décembre à fin mai,  soit la période d’agnelage en Pays basque et Béarn. Les agneaux vendus, les éleveurs peuvent traire jusqu’à juillet, période à partir de laquelle les brebis, taries, entreront dans un nouveau cycle de reproduction. La vente des agneaux de lait est un complément de revenu significatif.

Le problème est que, comme son nom l’indique, l’agneau de lait doit être vendu avant d'être sevré. Car à l’âge de deux ou trois mois, l’agneau devient un broutard. Ce n’est plus le même produit. Et l’agneau moutonné ou broutard de race laitière n’aguère de valeur contrairement aux races à viandes, dont l’agneau du Limousin, du Poitou ou des Causses, la Lacaune.

La filière concerne quelque 1750 d’éleveurs de brebis laitières dans les Pyrénées atlantiques, ce qui représente 490 000 brebis.
  
Agneaux basco béarnais
Agneaux basco béarnais © Jean-Marc ARRANZ et Chambre d'Agriculture 64

Le produit.

L’agneau de lait bénéficie d’un label Rouge-IGP « Agneau de lait des Pyrénées ». L’agneau se nourrit exclusivement du lait de sa mère. Il est commercialisé quand il atteint un poids moyen de 11 à 13 kilos, à 45 jours maximum, au terme du cahier des charges.

D'où cette viande à la saveur particulière, de couleur claire et rosée.

Tendre et juteuse.

C'est ainsi que parlent  les  grands chefs qui l’apprécient particulièrement. La restauration pour la coopérative Axuria, c’est 85 % du chiffre d’affaire. Dur dur.

Nous organisons dès demain jeudi 2 avril, 45 points de livraison sur l’ensemble du département des Pyrénées atlantiques, au pus près des consommateurs.
Maider Laphitz, responsable de la filière ovine, Chambre d’Agriculture 64.

Les acteurs de la filière réagissent :

Les coopératives Axuria* et CAOSO (Coopérative Agricole Ovine du Sud-Ouest), l’AOBB, (Alliance Ovine Basco Béarnaise), la Chambre d’Agriculture 64  et l’Association régionale des éleveurs ovins viande et lait d’Aquitaine (AREOVLA) lancent une opération de vente d’agneaux de lait en caissettes sous la forme de « drive mobile ».

La livraison se fera en lien avec les autorités sanitaires, dans des commerces d’alimentation de proximité et des parkings.

Pour toute information et commande > http://www.boutique.agneaudelaitdespyrenees.com
 
Agneau et brebis de race Lacaune
Agneau et brebis de race Lacaune © Amatik 2020

 
La coopérative Amatik* qui, outre sa clientèle de restaurateurs, vend habituellement par l’intermédiaire de bouchers ou de magasins agroalimentaires spécialisés (Ferm’Envie) réactive ce réseau, et fait appel aussi à un élan
de solidarité des consommateurs.

Nous appelons tous les consommateurs à soutenir ces filières de qualité fragilisées par la crise à passer commande auprès de leurs bouchers traditionnels. Privilégions les produits locaux et les circuits courts ! Christian Salies, directeur d’Amatik.

 *Amatik commercialise des agneaux de race lacaune (ovins viande et lait) dont le berceau est les Causses, adoptée depuis une trentaine d'années par certains éleveurs du département. Axuria, des agneaux de races locales, manex et basco- béarnaise (ovins lait).
Un plat "agneau de lait"
Un plat "agneau de lait" © Hôtel de la Paix, Saint Palais (64) 2020



 
​​​​​​​Pour plus d’info :
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays basque coronavirus/covid-19 santé société agriculture économie béarn