Les agriculteurs incités à se convertir au bio en Béarn pour préserver l'eau potable

Les agriculteurs installés à proximité des nappes d'eau, pompées pour la consommation courante, sont incités à modifier leurs habitudes. Et à ne plus utiliser de produits phytosanitaires. Des produits qui se retrouvent directement dans l'eau potable livrée à 250 000 habitants.

Par CA

"Ce qu'on verse à la surface va s'infiltrer avec la pluie et arriver jusqu'à la nappe" nous explique Bérangère Aviron-Violet, la directrice du plan d'action territorial de la nappe alluviale du Gave de Pau.

Quand ont sait que près d'un miller d'agriculteurs sont installés le long de cette nappe, on peut imaginer l'état sanitaire de l'eau pompée à seulement trois mètres sous terre.

Le plan d'action territorial, récemment mis en oeuvre, vise à stopper ces pollutions. L'objectif prioritaire est de préserver la ressource en eau de toute contamination chimique.

Des solutions alternatives aux produits phytosanitaires sont proposées aux agriculteurs avec des aides financières à la clef. Certains, conscient du danger pour eux-même et pour la population locale, ont déjà décidé de se mettre à l'agriculture biologique. 

Regardez le reportage de Clément Alet et Catherine Pipard :

Les agriculteurs incités à se convertir au bio en Béarn pour préserver l'eau potable
Les agriculteurs installés à proximité des nappes d'eau pompées pour la consommation courante sont incités à modifier leurs habitudes. Et à ne plus utiliser de produits phytosanitaires. Des produits qui se retrouvent directement dans l'eau potable livrée à 250 000 habitants. Le reportage de Clément Alet et Catherine Pipard. Interviennent : 1/Bérangère Aviron-Violet, Directrice du plan d'action territorial de la nappe alluviale du gave de Pau, 2/Philippe Faure, Président du syndicat des eaux des 3 cantons, 3/Maurice Betbeder, Agriculteur


Sur le même sujet

Banc d'Arguin et ostréiculture: une régulation pour préserver les herbiers

Les + Lus