Au parc Izadia d'Anglet, la nature a repris ses droits

La faune et la flore du parc écologique Izadia, à Anglet, ont profité des semaines de confinement pour se multiplier en toute sérénité, loin de l'agitation humaine habituelle. Une biodiversité à découvrir vendredi avec la réouverture du site au public
 

© photo Stéphanie Deschamps
Ils aimeraient presque en profiter encore un peu. Les salariés du parc Izadia, ne se lassent pas d'admirer les merveilles de la nature dans ce havre de paix de 15 hectares, situé à Anglet tout près de la forêt de Chiberta et de la plage de La Barre. Le lac, le chemin de balade de 1,7 km, les dunes, et les arbres, offrent un spectacle inédit de biodiversité.

"Pendant les semaines de confinement, la faune et la flore ont explosé" constate Dominique Gibaud-Gentilli, la directrice du site.

"Nous aurions du préparer le parc pour la réouverture au public, après la coupure hivernale. Mais là, tout est resté en état, depuis début avril. Sur les sentiers, les fleurs ont poussé sans contraintes. La prairie est devenue totalement sauvage. Les abeilles et les insectes se sont approprié les lieux. Nous avons même une maman renard qui a donné naissance à quatre renardeaux; et pour le moment elle reste là avec ses petits !".
Moutarde sauvage et coquelicots
Moutarde sauvage et coquelicots © photo Stéphanie Deschamps

Il est vrai que le parc a changé de physionomie. La moutarde sauvage et les coquelicots ont pris de l'ampleur et grouillent d'abeilles. Les ruches ont d'ailleurs été installées fin mars, et la récolte du miel (qui promet d'être excellente) se fera début juin. Les nichoirs à oiseaux accueillent de nombreuses mésanges, qui luttent de façon naturelle contre les chenilles processionnaires.
L'hôtel à insectes
L'hôtel à insectes © photo Stéphanie Deschamps

L'hôtel à insectes affiche, lui aussi complet. "C'est la preuve qu'il y a un lien direct entre le développement des insectes, et celui des fleurs, quand on laisse la nature tranquille" explique Dominique Gibaud-Gentilli. 
"Il y a par exemple une plante protégée régionalement qui s'est épanouie durant ces semaines : c'est la bartsia. Elle peut grimper jusqu'à 40 cm de hauteur. Nous allons la laisser aller au bout de son cycle de floraison, avant de nettoyer l'espace dans lequel elle a poussé".
La Bartsia
La Bartsia © photo Stéphanie Deschamps


Espèces rares

Pour les oiseaux, le parc, déjà halte prisée au moment de la migration, est devenu un lieu encore plus protecteur pendant le confinement. "Ils ont niché dans des endroits inhabituels, même proches des habitations. Sans la présence humaine d'habitude trop forte, ils ont fabriqué là leurs nids, et fait naître leurs oisillons. Il est très important, d'ailleurs, si on en voit en se promenant, de ne pas les déranger" conseille Dominique Gibaud-Gentilli. 

Des espèces rares d'oiseaux ont d'ailleurs été visibles durant cette parenthèse forcée, comme le rollier d'Europe, la pie-grièche écorcheur, ou à tête rousse, ou encore la huppe fasciée. Les canards ont donné naissance à une nichée de huit canetons. Sans prédation, ils ont pu grandir tranquillement.
Le parc compte également des reptiles et des amphibiens. Et dans le lac, bars, mulets, daurades, crabes et autres seiches s'épanouissent.
© photo Stéphanie Deschamps


Règles strictes

Vendredi 22 mai, le public va pouvoir à son tour (re)découvrir ces trésors de la nature. Le parc rouvre ses portes, avec une fréquentation limitée à 50 personnes par jour (au lieu de 250 visiteurs habituellement). L'entrée est toujours gratuite, mais des règles sanitaires seront appliquées. Un employé sera disponible pour guider les promeneurs.

Même si la balade s'effectue au grand air, le port du masque est fortement recommandé. Il faudra respecter les distances entre les visiteurs. Et pour la fluidité, des sens de circulation seront indiqués. Il y aura au sol un parcours avec des traces de pas en couleurs.
A l'accueil, et sur la passerelle d'accès au parc, des bâches ludiques et pédagogiques ont été posées par terre. 
"Tendez l'oreille !", "Ouvrez l'oeil!", il faudra suivre les conseils, et le sens de la promenade. Des guides papier, non réutilisables, ont été imprimés et seront à disposition.

En revanche, le parc ne pourra pas prêter de matériel d'observation. Chaque visiteur devra apporter ses jumelles, ou ses loupes à insectes. Il n'y aura pas non plus d'accès à la boutique, aux sanitaires et à la salle d'exposition, où tous les événements sont annulés.
Mais en extérieur, des panneaux instructifs sur les oiseaux, ou les vignes plantées dans le parc, seront visibles.
Un salarié sera présent également sur le parcours pour donner des explications, et assurer parfois quelques animations.

Crée en 2007, le parc écologique Izadia est habituellement ouvert pendant les vacances de février, puis en continu de mars à novembre. Il accueille jusqu'à 22 000 visiteurs par an.
https://www.anglet.fr/sorties/le-parc-ecologique-izadia/
 
© photo Stéphanie Deschamps


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays basque nature parcs et régions naturelles
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter