Biarritz : un soignant de la clinique Aguiléra agressé par deux membres de l’Aviron bayonnais

Publié le Mis à jour le
Écrit par Catherine Bouvet et Laurianne de Casanove

L'entraîneur de la touche, ainsi que l'ex-préparateur physique du club basque, s'en sont pris à un soignant, aux urgences de la clinique Aguiléra à Biarritz, où ils accompagnaient un ami. Ils vont comparaître devant le tribunal correctionnel.

Tout savoir sur les mondiaux de pelote basque : Championnats du monde de Pelote Basque 2022

"Nous sommes émus, choqués, d'être agressés dans notre mission de soignants". Jean-Claude Pauchard, Président de la communauté médicale, comme le personnel de la clinique Aguiléra est encore sous le choc. Les faits se sont déroulés vers 7h ce mardi 23 août.

Un infirmier a été violemment agressé par deux personnes dans le service des urgences.

Selon une source proche de l'enquête, il s'agirait d'Antoine Battut, l'un des entraîneurs de l'Aviron bayonnais, et de Cyril Gomes, ancien préparateur physique du club. L'infirmier aurait été frappé au sol et laissé inconscient.

Maïté Delbecque, cadre au service des urgences raconte : "Une personne est arrivée dans le service des urgences amenée par les pompiers. Il était suivi par deux amis qui l'accompagnaient. Ils ont souhaité entrer dans les boxes, ce que nous ne pouvons autoriser dans notre service. On leur a demandé de patienter dans la salle d'attente. L'infirmier, entendant que le ton commençait à monter, a souhaité intervenir. Il s'est fait frapper".

Les agresseurs interpellés

L'un des agresseurs s'est enfuit avant d'être finalement interpellé. Le second a été arrêté sur place.

Les deux individus comparaîtront devant le tribunal correctionnel pour "violence en réunion en état d’ivresse".

L'agression a entraîné une incapacité totale de travail de 8 jours pour la victime qui a porté plainte.

Tout le personnel dénonce cet acte violent.

L'Aviron bayonnais condamne

Contacté par téléphone, l'Aviron Bayonnais n'a pas souhaité s'exprimer devant nos caméras mais précise dans un communiqué de presse condamner "fermement ces faits" et être prêt à sanctionner son salarié (l'autre personne ne faisant plus partie du club).

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité