Cet article date de plus de 6 ans

L'implantation d'Hydro-Québec à Lacq va générer la création de 600 emplois en béarn d'ici 2020

Le producteur et fournisseur canadien d'électricité compte ouvrir un pôle recherche sur le site industriel de Lacq près de Pau. L'objectif est de développer une nouvelle batterie à base de phosphate de fer. Ouverture prévue en avril prochain grâce à un partenariat avec la Région Aquitaine.
Hydro-Québec est l'un des plus gros producteur d'électricité au monde, exploitant essentiellement l'énergie hydraulique et les énergies renouvelables. Il transporte et distribue l'électricité dans tout le Canada. Son unique actionnaire est le gouvernement du Québec.

Cette entreprise publique investit chaque année plus de 100 millions de dollars dans la recherche. Et notamment dans la recherche sur le stockage d'énergie et le développement de matériaux performants pour les batteries. Un secteur prioritaire dans le monde actuel dont les prévisions de croissance augmentent de façon exponentielle.

C'est dans ce cadre qu'Hydro-Québec a signé une une convention de partenariat avec la Région Aquitaine en juillet dernier. Son implantation, imminente dans les Pyrénées-Atlantiques, sur le site béarnais de Lacq, vient d'être confirmée.  

SCE France, sa filiale française, ouvrira ses bureaux en avril 2015 avec 6 salariés.L'objectif est d'arriver à créer un vrai pôle de recherche et de production à l'horizon 2020, avec l'implantation espérée de plusieurs sociétés travaillant dans ce secteur. A terme ce sont 600 emplois qui devraient être proposés sur le site. 

L'Aquitaine veut devenir leader mondial dans les batteries haute performance


La Région Aquitaine, aidée d'un fond européen, a donné 5,5 millions d'euros pour ce projet. Une enveloppe sortie de son budget pour la recherche, l'innovation et le développement industriel, un secteur dont elle a fait l'une de ses priorités. Elle y consacre 12% de son enveloppe budgétaire annuelle. 

A Lacq, il s'agira précisément de développer les recherches sur des batteries plus performantes et plus durables, grâce à de nouveaux matériaux, de nouvelles technologies.  Ainsi une batterie à base de phosphate de fer lithié devrait voir le jour.

Les domaines d'applications concernent autant les transports (voitures, trains, avions, marine...) que la défense ou les appareils connectés. 

"SCE France sera un vecteur important de collaboration économique et les retombées pour le Québec seront significatives" a déclaré le directeur de la filiale SCE France, Karim Zaghib.

De son côté, Alain Rousset, président du Conseil régional, a rappelé "l'engagement de la région dans le défi du stockage d'énergie (...), avec l'ambition de devenir une région leader à l'échelle internationale dans la fabrication de batteries haute performance".




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie énergie archives