Ciboure : le projet "Trois-mâts basque" a le vent en poupe

L'association "Trois-mâts basque" de Ciboure au Pays basque vient d'obtenir une aide à l'investissement de 1,6 million d'euros du conseil régional de Nouvelle Aquitaine pour mener à bien son vaste projet : la reconstruction d'un navire historique.
 
L'Alba est en construction. Ensuite l'association "3 mâts basque" s'attaquera à la réplique du Biscaye
L'Alba est en construction. Ensuite l'association "3 mâts basque" s'attaquera à la réplique du Biscaye © Freddy de Aizpurua
C'est une aide qui arrive comme une bouffée d'oxygène pour l'association cibourienne « Trois-mâts basque ». La région Nouvelle Aquitaine vient de lui allouer 1,6 millions d'euros d'aide à l'investissement (soit 200 000 euros par an sur 8 ans) pour un projet de grande envergure. Il s'agit de construire une réplique du Biscaye, un trois mâts goélette de 40 mètres de long, mais aussi une chaloupe de 14 mètres et un centre d'évocation du patrimoine maritime du Pays basque.
 
Le Biscaye
Le Biscaye © Guy L'Hostis

La pièce maîtresse du projet, c'est le Biscaye. 200 tonnes, 40 mètres de long, 7,5 de large, ce navire qui a sombré en 1902 à la Martinique lors de l'éruption du volcan de la Montagne Pelée, a été construit à Bilbao en 1878. Il a été exploité à partir de 1895 depuis Bayonne vers Saint-Pierre et Miquelon et les Antilles notamment pour le commerce de la morue et du sucre. Le chantier de reconstruction, prévu pour durer 8 ans, sera situé sur le domaine portuaire de Socoa à Ciboure et débutera fin 2021. Ce sera un « chantier-spectacle » ouvert au public, qui permettra à tous de découvrir les techniques de construction des navires d’autrefois. Une fois terminé, le bateau sera utilisé pour des sorties à la journée, des formations à la manœuvre des vieux gréements, des croisières et des actions de bienfaisance.
 
Le Biscaye a sombré en 1902 à la Martinique lors de l'éruption du volcan de la Montagne Pelée. Le navire avait été construit à Bilbao en 1878
Le Biscaye a sombré en 1902 à la Martinique lors de l'éruption du volcan de la Montagne Pelée. Le navire avait été construit à Bilbao en 1878 © Auteur inconnu
 

Centre d'évocation du patrimoine martitime


Parallèlement, l'association a déjà engagé la construction de l'Alba, réplique d'une chaloupe sardinière à vapeur de 14 mètres, typique du début du XXe siècle et emblématique de la baie de Saint-Jean-de-Luz. L'embarcation servira au transport des visiteurs vers le chantier du Biscaye et pourra accueillir jusqu'à 30 passagers. Sa construction a commencé en janvier 2019 au chantier naval Marin de Ciboure. Elle devrait prendre la mer en 2021.
 
Le chantier de l'Alba se poursuit malgré le confinement
Le chantier de l'Alba se poursuit malgré le confinement © Freddy de Aizpurua


Enfin, « Trois-mâts basque » aménagera un centre d'évocation du patrimoine maritime du Pays Basque baptisé « Biscaye etxea ». Il sera situé sur le port de Socoa et proposera aux visiteurs une plongée dans le passé et la découverte de la vie des gens de la mer il y a un peu plus d’un siècle, grâce à une scénographie et des animations originales. Des hologrammes permettront de faire revivre des charpentiers, des armateurs et des pêcheurs de l’époque.
 
Biscaye construction d un trois mâts pour le Pays Basque


L'association « Trois-mâts basque », a but non lucratif, est née de la rencontre entre des amoureux du Pays Basque et de la mer. Ce triple chantier mobilisera 34 personnes à temps plein pour un budget prévisionnel de 21 millions d'euros. Il est soutenu par des mécènes et les collectivités locales et pourrait bien devenir une étape touristique incontournable au Pays basque.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays basque tourisme économie patrimoine culture transports maritimes transports