Cet article date de plus de 4 ans

Meurtre d'Eysus : la coiffeuse, ex-épouse de l'assassin fait appel

Karine Barboure, ex-épouse de l'assassin d'une septuagénaire à Eysus en Béarn, condamnée à 13 ans de réclusion criminelle par la Cour d'assises des Pyrénées-Atlantiques, a fait appel de la décision.

© France 3 Aquitaine

Une personnalité controversée

Dans cette affaire, élucidée douze ans après les faits, "la cour d'assises a reconnu ma cliente coupable de complicité de tentative de vol avec arme. Or, le vol n'a pas été commis avec une arme. Nous réfutons la qualification pénale", a indiqué le défenseur de Mme Barboure, Me Frédéric Dutin.
"Nous formons également appel eu égard à la peine excessive prononcée à l'encontre de ma cliente", a-t-il ajouté, estimant que:

les jurés ont plus jugé sa personnalité lors de ce procès que sa participation effective


Marguerite Lagrave, 78 ans, avait été retrouvée morte à son domicile d'Eysus, près d'Oloron-Sainte-Marie, en  novembre 2001 avec de multiples traces de coups au visage et deux plaies d'égorgement à l'arme blanche. Tous ses biens de valeur avaient été volés.

Rebondissement​

Les enquêteurs n'avaient pas élucidé ce meurtre et une ordonnance de non-lieu avait été prononcée en septembre 2005. Mais l'affaire avait rebondi en mars 2013, lorsque Karine Barboure, avait fait des confidence à une gendarme de Lacanau où elle résidait depuis sa séparation, pour dénoncer son ex-mari, entraînant une réouverture de l'enquête.

Placé en garde à vue, Daniel Trey avait reconnu avoir cambriolé le domicile de la septuagénaire et l'avoir tuée après avoir "paniqué".
Il avait également déclaré que son ex-épouse se trouvait avec lui au moment des faits, qu'elle était restée dans la voiture mais l'avait "aidé" à faire disparaitre les indices et l'arme du crime. Il avait également affirmé que son ex-épouse le "faisait chanter".

Le 1er décembre 2015, la cour d'assises avait condamné Daniel Trey, 41 ans, ex-maçon, à 20 ans de réclusion criminelle et Karine Barboure, une coiffeuse de 39 ans, à 13 ans.
Le Parquet général n'a pas encore indiqué s'il faisait appel ou non de la décision. L'avocate de Daniel Trey, Me Pierrette Mazza-Capdevielle, se réserve également le droit de faire appel de la décision.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société béarn