Municipales à Biarritz : le Premier ministre ne juge “pas envisageable” que deux ministres soient concurrents

Il y a un ministre de trop engagé dans la bataille des municipales à Biarritz fait savoir Edouard Philippe ce mercredi 15 janvier. Autour du Premier Ministre à gauche : Didier Guillaume, à droite JF Lemoyne / © Gaizka Iroz - ERIC FEFERBERG - Bertrand GUAY / AFP / Montage FOTOR
Il y a un ministre de trop engagé dans la bataille des municipales à Biarritz fait savoir Edouard Philippe ce mercredi 15 janvier. Autour du Premier Ministre à gauche : Didier Guillaume, à droite JF Lemoyne / © Gaizka Iroz - ERIC FEFERBERG - Bertrand GUAY / AFP / Montage FOTOR

Edouard Philippe a déclaré ce mercredi 15 janvier qu'il n'était "pas envisageable que deux membres du gouvernement puissent être candidats l'un contre l'autre durablement", en réponse à une question sur la rivalité entre Didier Guillaume et Jean-Baptiste Lemoyne pour la mairie de Biarritz.

Par Christine Le Hesran

C'est devenu un feuilleton à Biarritz, mais avec une résonnance bien au-delà ! Même autour de la table du conseil des ministres à Paris et pour cause...

Le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume sera opposé à la liste du maire MoDem sortant Michel Veunac, 73 ans, dans laquelle figure Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, pour les municipales de mars, rien de moins.

" Une situation baroque "

Un duel dont souhaite se passer le chef du gouvernement pour qui tout cela fait désordre. Il a évoqué ce jour une "situation baroque".

Je leur ai indiqué quelle était la règle. Et donc nous nous sommes donné quelques jours pour qu'ils puissent l'entendre et qu'ils puissent en tirer les conséquences et pour que nous puissions nous-mêmes en tirer les conséquences.
Edouard Philippe à l'issue d'un séminaire gouvernemental

Biarritz : le Premier ministre juge "pas envisageable" que 2 ministres soient concurrents
"Je serai maire à plein temps", a affirmé M. Guillaume samedi dernier en officialisant sa candidature, assurant qu'il "ne serait plus au gouvernement" s'il était élu.
 

 

Sur le même sujet

Les + Lus