Béarn : les dentistes en reprise progressive après le confinement

Les dentistes sont contraints de limiter leurs rendez-vous avec les mesures sanitaires liées au virus. / © Elixabete Gonzalez Larburu / FTV
Les dentistes sont contraints de limiter leurs rendez-vous avec les mesures sanitaires liées au virus. / © Elixabete Gonzalez Larburu / FTV

Les cabinets dentaires ont ouvert en début de semaine. Avec des conditions sanitaires très strictes. Et une priorité donnée aux urgences exemple en Béarn.

Par Eric Poussard

Sandra Chatellier, chirurgienne-dentiste dans la région paloise, a repris le chemin de son cabinet lundi dernier avec son assistante. Dans des conditions très particulières. La scéance d'habillage est plus longue, plus complexe aussi désormais.
Visière de protection, un masque FFP2, indispensables lorsqu'on intervient à 20 cm de la bouche des patients en permanence.

Un équipement de sécurité renforcé

Dès que le patient retire son masque, il faut une protection maximale, dans les deux sens. Je suis également responsable pour la sécurité de mon assistante. Il faut vraiment faire attention avec les aérosols, on limite leur utilisation dans la mesure du possible. On ventile en permanence la salle de soins.
Sandra Chatellier, chirurgien-dentiste

Les mesures de sécurité sont de plus en plus strictes chez les dentistes / © Elixabete Gonzalez-Larburu / FTV
Les mesures de sécurité sont de plus en plus strictes chez les dentistes / © Elixabete Gonzalez-Larburu / FTV

 Et puis il faut absolument des surblouses pour les deux intervenantes, pour chaque patient. Un véritable casse-tête pour la dentiste.

Les surblouses, ça a été la chose la plus compliquée finalement. Il y a des ruptures de stock. J'ai acheté des draps et des consoeurs m'en ont fabriquées à partir de patrons donnés par l'AFNOR. Lundi dernier, sans ces surblouses, je n'aurai pas pu ouvrir. J'en ai 12, donc on peut traiter 6 patients chaque jour. Avant on en faisait jusqu'à 20, la baisse d'activité est donc réelle avec ces contraintes.
Sandra Chatellier, chirurgien-dentiste

En fait c'est tout l'agenda qui est bousculé. Avec plus de 100 rendez-vous décalés durant le confinement, à repositionner. Aujourd'hui, cette dentiste doit cibler les soins prioritaires. Plus de contrôle, plus de détartrage. Il faut d'abord traiter les urgences, carries et autres dévitalisation.
 
Chaque patient devra suivre les instructions données par son dentiste / © Elixabete Gonzalez-Larburu / FTV
Chaque patient devra suivre les instructions données par son dentiste / © Elixabete Gonzalez-Larburu / FTV

Pour les patients, aussi, la visite chez le dentiste va changer un peu. Lavage systématique des mains, vêtements mis de côté, passage limité au maximum en salle d'attente grace à l'espacement des rendez-vous. Chaque cabinet dentaire mettra en place sa propre circulation pour garantir le maximum de sécurité.

Les dentistes "à poil" durant le confinement

La profession redémarre donc, même si certains cabinets fonctionnaient déjà, à tour de rôle, pour assurer des urgences durant le confinement. Une période pendant laquelle les dentistes se sont fait entendre. En se montrant dans le plus simple appareil. Une série de photo, "les dentistes à poil", qui voulaient alerter l'opinion et les pouvoirs publics, sur la vulnérabilité des dentistes face au virus au moment de la reprise, du déconfinement. ils se sentaient "nus", démunis.
 

 
 


En fait, avant le confinement, les dentistes avaient beaucoup d'équipements de sécurité parce qu'ils sont habitués à travailler avec ce genre de protection. Avec la crise sanitaire, on a donné ce stock aux professions en premières lignes, les infirmiers, dans les Ehpad, etc... Et c'était parfaitement normal. Mais au fur et à mesure que le confinement s'est prolongé on s'est aperçu qu'il faudrait se protéger à nouveau de façon très importante. On voulait sensibiliser les gens avec ce clin d'oeil, "les dentistes à poil", qui est bien passé...
Aujourd'hui, on doit totalement s'équiper, et tout est à la charge des cabinets, avec des frais qui n'étaient pas prévus. Il y a bien L'Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS) des dentistes qui a aidé financièrement et pour récupérer le matériel, mais tout n'est pas encore arrivé. Les différents syndicats, unis dans la démarche et c'est à souligner, travaillent pour que le gouvernement prenne en compte cette charge financière. En tous cas, aujourd'hui, nous sommes déterminés et investis dans notre travail pour les patients.
Xavier Crauste, chirurgien-dentiste

Xavier Crauste doit renouveler totalement, comme ses confrères, ses équipements de sécurité / © Elixabete Gonzalez-Larburu / FTV
Xavier Crauste doit renouveler totalement, comme ses confrères, ses équipements de sécurité / © Elixabete Gonzalez-Larburu / FTV
Avec toutes les précautions prises dans les cabinets dentaires en suivant les recommandations de bonne conduite données par le conseil de l'ordre des chirurgiens-dentistes, tout est en place pour une reprise d'activité progressive.
 

Sur le même sujet

Les + Lus