Procès à Pau : trois ans de prison ferme pour l'anesthésiste de la maternité d'Orthez

Le tribunal correctionnel de Pau a rendu son jugement ce jeudi 12 novembre à l'encontre d'Helga Wauters. L'anesthésiste belge était jugée pour une erreur médicale commise en état d'ébriété. Elle avait provoqué la mort d'une patiente enceinte.
L'ancien compagnon de Xinthia Hawke et son avocat lors du jugement de l'anesthésiste au tribunal correctionnel de Pau le 12 novembre 2020.
L'ancien compagnon de Xinthia Hawke et son avocat lors du jugement de l'anesthésiste au tribunal correctionnel de Pau le 12 novembre 2020. © Elise Daycard
Trois ans de prison ferme, la peine maximale, avaient été requis il y a un mois au procès d’Helga Wauters. Le jugement a été rendu ce jeudi 12 novembre et donc conforme aux réquisitions.

Trois de prison et interdiction définitive d'exercer la médecine


L'anesthésiste originaire de Belgique, poursuivie pour homicide involontaire après la mort de Xynthia Hawke lors d’une césarienne en septembre 2014, a été condamnée à trois ans de prison, sans aménagement de la peine. Le tribunal l'a aussi condamnée à l'interdiction définitive d'exercer son métier de médecin. Aucun mandat de dépôt n’a été ordonné.

L'anesthésiste ira-t-elle en prison ? Oui. C'était une attente forte de la famille de la victime. Absente du tribunal lors du délibéré ce jeudi, Helga Wauters va être convoquée par le juge d'application des peines. Pour obtenir un aménagemùent, il faut être élligible à plusieurs critères donct celui des soins ou d'un travail. Or, Helga Wauters vit actuellement chez ses parents en Belgique, elle a déjà effectué deux mois de détention provisoire, il lui reste 34 mois de prison à effectuer. Elle n'a pas de domicile ni de travail. Et ne soigne pas son alcoolisme selon l'avocat de la famille de la victime. Le jour du drame, elle était ivre. Elle a reconnu boire encore aujourd’hui. 
 

 Soulagement pour la famille de la victime


Yannick Balthazar, l'ancien compagnon de Xynthia Hawke et père de leur fils, s'est dit "soulagé" après l'énoncé du jugement "surtout de l'interdiction à vie de l'exercice de la médecine".
Son avocat veut saisir le Garde des Sceaux pour faire changer la loi en matière d'homicide involontaire et notamment la peine maximale. Le cas d'un médecin en état d'ivresse dans un bloc opératoire n'est pas prévu dans le code pénal. L'avocat de Yannick Balthazar souhaiterait un peine de prison plus importante avec circonstance aggravante. 

Ecoutez l'interview de maître Philippe Courtois, l'avocat de la famille de la victime ►

 
durée de la vidéo: 00 min 57
Interview Avocat famille victime anesthésiste Orthez

Par ailleurs, la souffrance de la victime a été reconnue par le tribunal correctionnel de Pau qui a également condamné l'anesthésiste à des dommages et intérêts très importants. Le fils de la victime, Isaac, âgé aujourd'hui de six ans, va percevoir 120 000 euros d'indemnités, et son ancien compagnon Yannick Balthazar va toucher plus d'un million d'euros de l'assurance de la anesthésiste qui travaillait dans le privé.

Helga Wauthers absente ce jeudi lors du jugement, a dix jours pour faire appel .
 

Rappel des faits

Helga Wauters, 51 ans, est poursuivie pour homicide involontaire aggravé après la mort de Xynthia Hawke, Britannique de 28 ans décédée des suites d’une césarienne. L'anesthésiste, accusée d'être ivre au moment de l'intervention, a reconnu devant le tribunal que son alcoolisme était incompatible avec l'exercice de son métier. Elle a voulu garder le silence durant toute l'audience. Une épreuve pour la famille et le compagnon de la victime, Yannick Blathazar la voix nouée à la fin du procès : "Un être humain normal, on pourrait exprimer des regrets."L’alcoolisme est « une maladie », a expliqué la procureure de la République, qui dans son réquisitoire, n 'a pas reproché à l'accusée son addiction pour la boisson en tant que tel mais plutôt qu’en tant que médecin.

Voir le reportage d'Elise Daycard et Romain Hauville sur le délibéré dans l'affaire de l'anesthésiste de la maternité d'Orthez ►

 
Pau : trois ans de prison ferme pour l'anesthésiste de la maternité d'Orthez


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société santé faits divers