Rugby. À Mauléon, Camille Lopez vient supporter son club de cœur pour un ¼ de finale historique en Fédérale 1

replay

Une fin de saison sur les chapeaux de roues. Après avoir enchaîné six victoires de rang sur la fin du championnat, le SA Mauléon s’offre un quart de finale de Fédérale 1 en battant Gruissan 19-3. Une première à niveau, le cinquième échelon du rugby français.

Au milieu des collines basques, le stade Marius Rodrigo affiche complet. Pour ce dimanche de phase finale, le club souletin est l’un des seuls à évoluer à domicile. Sous une bruine fine, les premiers supporters s’installent. Les joueurs poursuivent leur préparation dans l’un des bars-restaurants du centre-ville.

C’est notre routine, pour chaque match à domicile, on se retrouve tous ensemble en ville et nous mangeons tous ensemble. Au stade, nous n’avons pas les infrastructures et puis ça fait marcher le commerce local. On change régulièrement d’établissements.

Léo Le Tiec

Capitaine mauléonais

On s’est fait une promesse

L’effectif du SA Mauléon-Licharre est jeune et essentiellement composé de joueurs passés par l’école de rugby. “Je suis entraineur des U12 depuis très longtemps” nous explique Michel Duhalt “ je suis très fier de ces gamins, le niveau augmente d’année en année, ils viennent voir les séniors au stade et tous ont envie, un jour, de jouer en équipe première.” Dans les vestiaires, pas besoin de grande prise de parole du coach Philippe Hontaas, le groupe est concentré. À l’aller, les Basques ont perdu de quatre points face à Gruissan, 4 petits points à rattraper pour se qualifier et atteindre l’objectif de la saison. “On s’est fait une promesse, une qualification pour les ¼ de finale de Fédérale 1, à ce niveau, c’est une première pour le club” nous confie Orphée Aubame, troisième ligne mauléonais “maintenant, une victoire en ¼ et on monte en Nationale 2.”

Camille Lopez, supporter de toujours

Dès le début de la rencontre, le SA Mauléon domine son adversaire audois. Derrière les barrières, en face des tribunes, les habitués reconnaissent la silhouette du plus célèbre des rugbymen souletins. Camille Lopez, l’ouvreur de l’Aviron Bayonnais est un fidèle parmi les fidèles. La veille au soir, il vient de gagner à l’extérieur face au Racing, à peine rentré de Paris, il retrouve les copains et la famille autour de ce terrain qui l’a vu grandir. “Ce club de Mauléon sera toujours mon club de cœur, j’essaie de venir les voir le plus souvent possible. Il y a de très bons entraineurs et quand on voit ce stade plein, cette ferveur. J’ai eu la chance de connaître ça ici, c'est inoubliable.” Quant à savoir si Camille Lopez portera à nouveau les couleurs de Mauléon à la fin de sa carrière professionnelle ? “ Ah c’est sûr que non, je serai trop vieux, ma carrière est déjà longue” s’amuse-t-il “ et puis j’aimerais passer plus de temps avec mes enfants.”

Une victoire en guise d’adieux

Sans trembler, Mauléon se qualifie face à Gruissan en s’imposant 19-3. En ¼ de finale, les Basques joueront en match aller-retour les Gersois de l’Isle-Jourdain. Dernier moment d’émotion lors de la célébration de la victoire avec l’annonce officielle du départ du coach Philippe Hontaas la saison prochaine “Merci les gars, c’est beau ce que vous faites, un ¼ de finale de championnat de France, tout le monde n’en joue pas, vous pouvez être fiers” parvient-il à peine à prononcer avant d’être embarqué par tout le groupe pour un clapping avec le public souletin. Tous ensemble, pour quelques semaines encore, prêts à écrire une nouvelle page dans l’histoire du club.

Rugby Magazine, tous les samedis 12:30 France 3 Nouvelle-Aquitaine.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité