VIDÉO. Après l'éboulement sur la route de Laruns, l'inquiétude pour le petit train d'Artouste et les activités touristiques

durée de la vidéo : 00h01mn11s
À l'approche de l'ouverture de la saison touristique, l'éboulement sur la route du col du Pourtalet fait craindre un manque à gagner pour la station d'Artouste. ©France télévisions

Après un gros éboulement au-dessus du lac de Fabrèges dans le Béarn, la route entre Laruns et le col du Pourtalet menant à l'Espagne reste totalement coupée. Les travaux pourraient durer trois semaines à un mois. En l'absence de plus de précisions, l'inquiétude se fait ressentir pour les professionnels du tourisme à quelques jours de l'ouverture de la saison estivale.

À une semaine de l'ouverture de la saison estivale, le petit train d'Artouste est quasiment prêt. "Nous sommes dans les temps. Le déneigement est fait, la voie ferrée est en train d'être inspectée par des spécialistes et nous allons ouvrir le 18 mai", annonce fièrement Jean-Christophe Lalanne, directeur de la station d'Artouste. Seule ombre au tableau : la route pour l'Espagne est totalement impraticable, du fait d'un gros éboulement, le 3 mai. Si la situation est amenée à perdurer, les professionnels redoutent que l'impact sur les activités économiques ne soit trop fort.

40 % de touristes venant de l'Espagne

En fin de journée, le 3 mai, ce sont environ 1 500 m3 de pierre qui se sont abattus sur la RD 934, juste au-dessus du lac de Fabrèges. Un éboulement naturel provenant de la montagne, qui continue à poser problème. Les roches en amont étant toujours friables, les autorités craignent de nouveaux risques d'éboulement. En attendant que les travaux de réhabilitation soient effectués et la chaussée réhabilitée, c'est toute la route qui est bloquée entre Laruns et l'Espagne. 

Si la station d'Artouste reste accessible du côté français, venir de l'Espagne, par cette route, est impossible. "Nous avons une clientèle qui vient à 40 % de la frontière ou qui descend le col du Pourtalet, ça nous impacte réellement", explique Jean-Christophe Lalanne. Mais le petit train, qui accueille 120 000 visiteurs chaque été, n'est pas le seul. Avec lui, il emmène dans son sillage de nombreuses activités touristiques. "On est attractif pour l'ensemble des sites touristiques locaux et notamment pour la vallée d'Ossau", souligne le directeur de la station d'Artouste. L'inquiétude est donc partagée. 

Jusqu'à un mois de travaux ?

Pour le moment, il n'y a pas de vraiment de précision sur la réouverture de la RD 934. Seule alternative pour aller et venir de l'Espagne, le tunnel du Somport, mais qui représente une déviation de près de 2 heures. Les autorités parlent de trois semaines à un mois de travaux. "Pour cette durée-là, ce serait supportable. Un petit peu plus longtemps, il faudrait se projeter différemment et voir comment se passe la saison touristique, soulève Jean-Christophe Lalanne. Le début peut être amorti. Après, on rentre dans le dur de la saison touristique, avec une importante fréquentation et là, ce serait vraiment très impactant."

Car une fois les premiers jours de la haute saison touristique passés, le retard ne se refait pas. Mais à la d'Artouste, on veut rester optimiste sur une réouverture relativement rapide de la route. En attendant, le petit train est accessible depuis le côté français de la route, et sera sur rails le 18 mai prochain. 

L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité