Coronavirus : les littoraux basques et landais craignent l'arrivée de vacanciers en plein confinement

Alors que les vacances de Pâques commencent ce week-end sous le signe du soleil, les pouvoirs publics craignent l'arrivée de touristes sur la côte atlantique. En plein confinement, tout est fait pour dissuader les vacanciers. Les plages du Pays basque et des Landes devront rester vides.

À Anglet, l'accès aux plages est interdit et étroitement surveillé.
À Anglet, l'accès aux plages est interdit et étroitement surveillé. © © Ville d’Anglet/Karine Pierret-Delage
À la veille des vacances de Pâques pour la zone C (Paris, Toulouse et Montpelier) vendredi 03 avril, des préfectures de Nouvelle-Aquitaine prenaient des arrêtés interdisant tous types de locations touristiques, Air BnB compris, jusqu'au 15 avril. Les autorités craignent que la vague observée dans les premiers jours du confinement, lors de laquelle des résidents secondaires sont venus se réfugier dans leurs maisons de vacances, ne se reproduisent. Alors que le pays dépasse les 80 000 cas confirmés de Covid-19 ce samedi 04 avril, l'enjeu est d'éviter toute contamination inter-régionale.

Sur la côte basque

Un peu plus d'une dizaine de décès ont été enregistrés dans le département des Pyrénées-Atlantiques. Un nombre de victimes moins élevé que dans d'autres régions plus touchées.

En nouvelle aquitaine, la situation n'est pas trop mauvaise. Et nous allons tout faire pour qu'elle le reste. Une fois que les gens ont compris le principe du confinement, et ça a tout de même pris quelques jours au début, tout se passe bien. Les Angloys respectent ça et changent leurs habitudes en fonction. Même les surfers s'abstiennent d'aller à l'eau. Claude Olive, maire d'Anglet

Des barrières empêchent l'accès aux promenades le long de littoral d'Anglet.
Des barrières empêchent l'accès aux promenades le long de littoral d'Anglet. © © Ville d’Anglet/Karine Pierret-Delage

Sur le littoral Basque, des barrières empêchent les accès aux parkings et aux promenades, le long des 4,5 kilomètres de plage d'Anglet. Ceux qui décident de passer outre sont systématiquement verbalisés. Malgré tout, le beau temps annoncé ce week-end inquiète la municipalité, qui a publié un communiqué à l'attention de ses citoyens :

« Nous devons respecter scrupuleusement les consignes de prudence et de confinement.
Notre santé, notre vie même et celles des autres en dépendent.
Je vous rappelle que l’accès aux plages ou à la promenade littorale Victor-Mendiboure, aux forêts du Pignada et du Lazaret ainsi qu’à tous les parcs publics et les aires de sports de la ville sont
formellement interdits.
J’ai demandé un renforcement des contrôles de la police nationale et de la police municipale. Il n’y aura aucune indulgence pour les contrevenants. »


Une information confirmée par les forces de l'ordre, qui n'ont pas souhaité communiquer au niveau du département, mais rappellent tout de même « nous serons partout .» Ceux qui voudront tenter malgré tout le départ en vacances risquent d'avoir du mal à arriver à destination, d'autant que les trains en provenance de Paris et Bordeaux ont été annulés, et qu'aucun covoiturage ne propose ce trajet sur l'application Blablacar
 

Dans les Landes

300 gendarmes sont mobilisés sur tous les axes du département des Landes, se relayant pour effectuer des contrôles 24h/24 sur 40 sites. Une présence massive des forces de l'ordre qui semble porter ses fruits : ce matin l'autoroute A63 était déserte.

Naturellement, nous avons observé une chute du trafic routier de 90% par rapport à la même date habituellement. La veille, nous avons verbalisé un peu moins de 80 fois des gens qui ne respectaient pas le confinement, alors que les jours précédents, nous étions sur une moyenne de presque 100 contraventions par jour. Colonel Laurent Langelier, commandant du groupement départemental des Landes

300 gendarmes sont mobilisés en 40 points de contrôles dans tout le département des Landes.
300 gendarmes sont mobilisés en 40 points de contrôles dans tout le département des Landes. © Laurent Montiel/Maria Laforcade

La vague de touristes en confinement, tant redoutée, n'aura-t-elle donc pas lieu ? Rien n'est moins sûr. Sur les plages de Hossegor et Capbreton, des gendarmes patrouillent à bicyclette. Des véhicules prévus pour pouvoir emprunter les routes ensablées, fournis par une société de location de Seignosse dont la clientèle est de toute façon confinée. De rares promeneurs sont contrôlés, parfois leur adresse principale est bien loin du littoral landais. Mais rien ne permet de savoir s'ils sont ici depuis le début du confinement, où s'ils viennent d'arriver...
 
Des bicyclettes de plage ont été prêtées aux gendarmes par un commerçant, afin qu'ils puissent patrouiller rapidement partout sur le littoral.
Des bicyclettes de plage ont été prêtées aux gendarmes par un commerçant, afin qu'ils puissent patrouiller rapidement partout sur le littoral. © Laurent Montiel/Maria Laforcade
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays basque coronavirus santé société vacances sorties et loisirs
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter