Sable du Sahara : procédure d'alerte à la pollution de l'air en Gironde et dans les Pyrénées-Atlantiques

Publié le
Écrit par Hélène Chauwin .

Les préfectures de la Gironde et les Pyrénées-Atlantiques viennent de déclencher des procédures d'alerte aux particules fines en suspension. Retour à la normale demain mercredi 30 mars.

"Un épisode de pollution aux particules en suspension PM10 va impacter la qualité de l’air sur la région pour aujourd’hui", indique la préfecture dans un communiqué. Il devrait se poursuivre toute la journée et dépasser le seuil d'alerte sur le département des Pyrénées-Atlantiques.  

Une combinaison d’apport de poussières désertiques du Sahara et de divers sources (agriculture, trafic routier, industrie)  est à l'origine de ce pic de pollution. Demain, mercredi 30 mars, un apport d’humidité associé à des précipitations devrait faire baisser les concentrations et entraîné un retour à la normale.

Mesures contraignantes 

La préfecture a pris des mesures contraignantes.

Dans les agglomérations de Pau et Bayonne, les vitesses  maximales autorisées sont abaissées temporaire de 20 km/h sur les voiries non urbaines.

La vitesse est également réduite 

  • à 110 km/heure sur l'autoroute pour les portions à 130 km/h, à 90 km/h sur les portions d’autoroutes et de voies rapides normalement limitées à 110 km/h          
  • à 70 km/h sur les portions d’autoroutes, de voies rapides et de routes nationales et départementales normalement limitées à 90 km/h.         

Les éventuelles dérogations pour brûlage des déchets verts à l'air libre sont suspendues.  

Les pratiques d’écobuage, de brûlages dirigés et de toute opération de brûlage à l'air libre des résidus ou sous-produits agricoles et forestiers sont reportées.

Report également à la fin de l’épisode de pollution des activités émettrices de poussières de certaines industries (report de certaines opérations de nettoyage, phase d’arrêt ou de redémarrage) sous réserve de ne pas mettre en cause la sécurité.

symptômes possibles

La pollution atmosphérique peut être à l’origine de la survenue de symptômes respiratoires (toux, essoufflement, majoration des crises d’asthme, etc.),

  • d’irritations des yeux et de la gorge, mais peut aussi avoir des effets sur le système cardio-vasculaire rappelle la préfecture.

Les populations vulnérables (femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes souffrant de pathologies cardio-vasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, personnes asthmatiques) et les populations sensibles (personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution, personnes diabétiques, personnes immunodéprimées, personnes souffrant d’affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, infectieux), doivent éviter les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords, aux périodes de pointe, d’éviter les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions), autant en plein air qu’à l’intérieur et de reporter les activités qui demandent le plus d’effort.  

En cas de gêne respiratoire ou cardiaque (par exemple: essoufflement, sifflements, palpitations), il convient de prendre conseil auprès de son pharmacien ou de consulter son médecin pour savoir si son traitement médical doit être adapté le cas échéant et de privilégier des sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort.  

Pour la population générale, la préfecture recommande de réduire les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions) et en cas de gêne respiratoire ou cardiaque (par exemple : essoufflement, sifflements, palpitations), de prendre conseil auprès de son pharmacien ou de consulter son médecin.

Plus de précisions sur les messages sanitaires sont disponibles sur les sites internet : du ministère chargé de la santé, de l’Agence Régionale de Santé (ARS) Aquitaine.

En Gironde, c'est la procédure d'information et de recommandations qui a été déclenchée. Pas de mesures contraignantes mais des recommandations à la prudence. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité