Top14 : les réactions après la large victoire de la Section Paloise

Le palois Daniel Ramsay inscrit un essai lors de la rencontre opposant la Section paloise au Stade Français à Paris en Top 14. / © THOMAS SAMSON / AFP
Le palois Daniel Ramsay inscrit un essai lors de la rencontre opposant la Section paloise au Stade Français à Paris en Top 14. / © THOMAS SAMSON / AFP

Pau a coulé le Stade Français ce dimanche, (40-5). La Section Paloise  prend la 8e place à Bordeaux-Bègles et se donne le droit, grâce à ce succès bonifié à l'extérieur, de se mêler à la lutte pour les barragistes. De quoi réjouir joueurs et entraîneur.

Par Hélène Chauwin avec l'AFP

Simon Mannix le manager de Pau :

"Le déclic est venu un peu avant aujourd'hui. Dans le sport de haut niveau, la confiance est un truc tellement fragile. La confiance était toujours un peu fragile parce qu'on n'a pas pu enchaîner les bonnes performances. Le match gagné à la maison contre Clermont avec un peu de chance, le caractère montré dans les dernières dix minutes contre Toulouse et surtout la performance la semaine dernière à Gloucester, qui n'avait pas perdu chez lui cette saison, tout cela a aidé. On a montré un joli rugby avec un bon état d'esprit, aujourd'hui. Il n'y a rien à dire, mon équipe joue bien."


Julien Pierre (deuxième ligne de Pau) :

"Une victoire bonifée à l'extérieur... tout nous a souri aujourd'hui. On avait aussi à coeur de confirmer notre match contre Gloucester. Si on perdait aujourd'hui, le top 6 s'éloignait vraiment. La victoire fait qu'on peut continuer à rêver, tant mieux. Après, le Stade Français n'a pas fait le match de sa vie non plus. Il ne faut pas non plus s'enflammer. Deux grosses performances à l'extérieur, c'est sûr que c'est important. On a besoin de constance. Maintenant, il faut en enchaîner plusieurs pour voir si on a franchi des paliers."

Quentin Lespiaucq (talonneur de Pau) :

"J'en suis encore sur le cul. On se regardait et au bout de trois essais, on se disait: +qu'est-ce
qu'il se passe ?+. Tout ce qu'on entreprenait, ça passait. C'est énorme. Si ça pouvait être comme cela à tous les matches, ce serait top. Ce qui nous fait beaucoup de bien aussi, c'est la grosse séquence défensive avant la mi-temps où on ne prend pas l'essai. Cela nous permet de repartir à 26-0 à la mi-temps et de les faire sombrer un peu plus. On a réussi notre coup aujourd'hui, encore plus qu'on ne le pensait.
"

Sur le même sujet

Hervé Brunaux raconte les Joliot-Curie à Clairvivre

Les + Lus