Un week-end de Pentecôte sur les plages pourtant non surveillées du Pays basque

L'appel de la plage ...Vous avez été nombreux à ne pas y résister en ce dimanche ensoleillé de Pentecôte. Pourtant, l'usage dynamique est uniquement autorisé et au Pays basque, seule la commune d'Hendaye a mis en place une surveillance de la baignade. 

© AFP/GAIZKA IROZ / AFP
Une météo estivale, un long week-end, le deuxième depuis le déconfinement et toujours cette envie de grand air et de sable chaud. Au Pays basque, comme sur tout le littoral aquitain, les plages ont attiré du monde. 

A Anglet, dès 10h, ils sont venus en famille comme cette maman ravie : 

C'est très appréciable. On est content de retrouver les plages c'est sûr.  D'être enfin dehors, de profiter de la mer et de la météo. 


Un  plaisir partagé par une autre mère de famille 

Ca fait beaucoup de bien de pouvoir respirer, sortir sans attestation aussi. On essaie de respecter la distanciation. C'est très bien. 


Respecter la distanciation mais pas toujours l'usage dynamique de la plage. Certains avaient déplié la serviette.
 

Il est interdit de rester statique sur la plage et de vous regrouper

Sur la Grande plage de Biarritz, elle aussi non surveillée, les mesures sanitaires sont rappelées par haut parleur.
 
Seule la plage d'Hendaye est surveillée en ce week-end de Pentecôte, de 14h à 18h. De quoi rassurer les parents. 

Je pense que, pour les enfants, c'est plus sûr. Comme les plages sont dynamiques, celle d'Hendaye s'y prête puisqu'on peut faire des kilomètres et des kilomètres. 


Les élus du littoral basque sont en discussion avec le préfet des Pyrénées-Atlantiques pour la mise en place de mesures moins contraignantes cette semaine. Ils l'ont rencontré ce jeudi 28 mai. 
 
 
Pentecôte : les plages basques ne sont pas toutes surveillées




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays basque littoral aménagement du territoire environnement déconfinement société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter