Covid-19 : le reconfinement au Royaume-Uni inquiète aussi en Limousin

Ils sont Britanniques et vivent en Limousin ou sont Limousins et vivent en Grande-Bretagne. Dans ces deux cas de figure, impossible pour eux de rejoindre leurs proches pour les fêtes de fin d'année. Un coup dur alors que leur programme était entièrement bouclé pour les prochains jours. Témoignages.

© F3 Limousin

Comme l'Italie, les Pays-Bas ou l'Allemagne, dimanche 20 décembre 2020, le gouvernement français a annoncé la suspension de l'ensemble des circulations depuis le Royaume-Uni pendant 48 heures à compter de minuit le soir même, "tous les déplacement de personnes, y compris liés aux transports de marchandises, par voie routière, aérienne, maritime ou ferrovière en provenance du Royaume-Uni" a précisé Matignon.

La veille, le gouvernement britannique avait annoncé le reconfinement de Londres et du sud-est de l'Angleterre pour tenter de ralentir la propagation de l'épidémie de plus en plus importante ces derniers jours. En cause, une nouvelle souche du virus qui serait jusqu'à 70% plus contagieuse qu'avant.

via GIPHY

En France, ces nouvelles restrictions ont un impact immédiat sur de nombreuses familles. C'est le cas de Nadia et David Brunt. Ce couple de britanniques habite en Haute-Vienne. Chaque année, ils rentrent au moins trois fois en Angleterre pour voir leur deux fils. C'était sans compter sur 2020 qui a bousculé tous leurs projets, "nous ne sommes pas rentrés en Angleterre depuis Noël dernier. Cet été, une amie du Texas a même du annuler sa venue".

En raison de la situation sanitaire, le couple de retraités avait déjà fait le choix de passer Noël confiné cette année, mais ils avaient tout de même en tête leur voyage en Angleterre au mois de février pour la future naissance de leur petit-fils, "nous avons déjà réservé le gite où nous souhaitons séjourner, mais nous espérons pouvoir annuler si la situation est la même qu'aujourd'hui. Cet événement est encore plus important que Noël pour nous."

En attendant les retrouvailles, Nadia et David se contentent d'échanger avec leurs enfants en visioconférence : c'est d'ailleurs des fêtes connectées qu'ils devraient passer les jours prochains.

"C'est beaucoup de stress mais j'essaie de rester positive"

A l'inverse, même problématique. Zoé Marty est une jeune briviste expatriée à Londres depuis près d'un an. Dimanche soir, valise quasi-bouclée et billets achetés elle se voit finalement confinée pour les prochaines 48 heures comme 16 millions d'anglais, "j'étais censée prendre l'Eurostar mardi pour rejoindre ma famille à Brive et passer les fêtes avec eux. Je ne m'attendais pas à ce que ce soit à ce point compliqué."

Zoé espère pouvoir repousser son voyage au plus vite. Elle vient de passer un test PCR pour justifier un résultat négatif avant son trajet, "le 24, le 25, le 26 décembre ou même plus tard, j'espère pouvoir prendre un billet d'Eurostar au plus vite. J'essaie de me dire que ce n'est qu'une date et que le plus important c'est que je puisse revoir ma famille".

A l'issue de ces 48 heures, la jeune corrézienne attend de nouvelles annonces plus précises lui donnant ainsi le feu vert pour rejoindre ses proches. Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement annonçait ce lundi que ces deux jours représentaient le "temps utile" pour une coordination européenne permettant aux familles de se retrouver pour les fêtes.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
royaume-uni international covid-19 santé société