Les restaurateurs du Limousin entre colère et incompréhension : "On ne comprend pas les décisions du gouvernement"

Une centaine de restaurateurs de la Corrèze s'est rassemblée mardi 1er décembre 2020 devant la préfecture de Tulle. Entre colère et incompréhension, ils protestent contre leur fermeture prolongée au moins jusqu'au 20 janvier 2021.
Les restaurateurs de la Corrèze ont manifesté mardi 1er décembre 2020 devant la préfecture de Tulle
Les restaurateurs de la Corrèze ont manifesté mardi 1er décembre 2020 devant la préfecture de Tulle © France télévisions / L. Couvrand
Une centaine de restaurateurs de la Corrèze se sont rassemblés mardi 1er décembre 2020 devant la préfecture de Tulle. Ils protestent contre leur fermeture prolongée au moins jusqu'au 20 janvier 2021 en raison des risques sanitaires.

"Laissez-nous travailler", "les loyers vont nous tuer", "nos fournisseurs coulent avec nous" : à lire les banderoles déployées par les restaurateurs, on mesure la colère, l'incompréhension et le malaise qui grandit dans la profession. 
   

Les gels, les barrières, tout ça a une implication financière : on a tout mis en place, on a divisé nos tables par deux et finalement une fois qu'on a fait ça on nous dit : ah ben bon, vous êtes quand même fermés, donc on ne comprend pas !

Jean-Luc Viginiat, restaurateur, pdt de l'UMIH 19



Des grands noms de la gastronomie française en appellent au Président de la République dans une tribune publiée par le Figaro le 26 novembre 2020. "Vous ne pouvez pas vous afficher avec nous à l'Élysée lorsque les temps sont fastes, et nous ignorer lorsqu'ils sont néfastes. Nous vous demandons solennellement de nous recevoir, avec d'autres solutions que des rideaux de fumée ou des hochets qui ne serviront qu'à retarder notre effondrement" dénoncent les étoilés Pierre Gagnaire, Guy Savoy, Anne-Sophie Pic.

La profession est totalement désemparée : au niveau national, l’UMIH (Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie) explique être « la variable d’ajustement des normes sanitaires et payer le plus lourd tribut de cette crise ». Un appel entendu y compris dans les rangs de la majorité parlementaire.

Signataire d'une tribune de son collègue de l'Hérault Philippe Huppé, la députée LREM de Haute-Vienne Sophie Beaudouin-Hubière ainsi qu'une trentaine de ses collègues réclament "une reprise de l'activité mais pas identique pour tous et partout".


 

Je suis intervenue pour que les restaurants ouvriers en milieu rural puissent ouvrir a minima le midi. On ne peut pas mettre en place une règle seulement à l’aune parisienne. Tous les restos ne font pas 20 m2

Sophie Beaudouin Hubière, députée LREM de Haute-Vienne

 


Quel poids économique en Limousin ? 

Dans les trois départements du Limousin, le secteur de la restauration représente 1 663 établissements pour 4 339 salariés selon les chiffres fournis par les Chambres de Commerce et d'Industrie.

 
Loading...

Loading...

 
Loading...

Loading...

 
Loading...

Loading...




 

Dimanche en Politique : les oubliés du déconfinement ?

Afin de mieux comprendre la situation actuelle des bars, restaurants et discothèques en Limousin, l'émission Dimanche en Politique sera consacrée à ces oubliés du déconfinement.

RDV le dimanche 6 décembre 2020 à 11h30 sur France 3 Limousin avec plusieurs invités : 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société crise économique économie