Risque d'incendie : la forêt des Landes de Gascogne interdite d'accès en Gironde, Landes et Lot-et-Garonne

En cette période de canicule, le risque d'incendie est très élevé dans les massifs forestiers d'Aquitaine. Conséquence : la grande forêt des Landes de Gascogne est interdite d'accès, y compris pour les promeneurs, entre 14h et 22h. 
En France, 94% des feux de forêt sont d'origine humaine, qu'ils soient ou non volontaires, souligne la préfecture de Gironde.

En cette période de canicule et sécheresse, les massifs forestiers du département ainsi que ceux des Landes et du Lot-et-Garonne, sont en vigilance orange pour le risque d'incendie.
 
Conséquence : toute la forêt des Landes de Gascogne, qui s'étend sur les trois départements, est interdite d'accès entre 14h et 22h, pour les véhicules à moteur, les travaux sylvicoles, mais aussi toutes les activités ludiques et sportives.

En clair, personne ne doit s'y rendre, même pour une promenade, en VTT ou à pied. 


2500 bénévoles contre les incendies 


Pour limiter les risques et réagir le plus vite possible à un départ de feu, les pompiers et la DFCI s'organisent. Cette dernière est l'association régionale de défense des forêts contre l’incendie, qui rassemble 2500 bénévoles en Aquitaine. 

"Le matin, ce sont les pompiers qui circulent" et dans l'après-midi, la DFCI prend le relais "en parcourant tout le massif avec plusieurs patrouilles", précise Bernard Barbeau, qui préside l'antenne de l'association à Saint-Aubin-du-Médoc, en Gironde, à l'entrée des Landes de Gascogne. 
 

"Les promeneurs peuvent se retrouver encerclés au coeur d'un brasier, sans que les secours n'aient connaissance de leur présence. Ils peuvent aussi bloquer le largage de Canadairs" 

Stéphane Bertin, vice président de la DFCI à Daint-Aubin-du-Médoc et délégué du syndicat des sylviculteurs


Lors de ces patrouilles, les bénévoles rencontrent habituellement "quelques promeneurs qui ne sont pas au courant des dispositions prises par la préfecture". "Nous avons un rôle de pédagogie, on leur explique pourquoi ils ne peuvent pas rester dans ce massif" souligne Bernard Barbeau. 

 
Saint-Aubin-de-Médoc : les bénévoles de la DFCI surveillent le massif forestier


 À Saint-Aubin-du-Médoc, d'autres mesures ont été adoptées contre les incendies, surtout ceux provoqués par des mégots de cigarette abandonnés par des automobilistes.

"Sur tous les bords de route, on essaie de faire des zones tampon avec du sable blanc, pour retarder le plus possible l'incendie en cas de jet de mégot" détaille Stéphane Bertin. 


Le sylviculteur ajoute que "le cycle de production d'un pin maritime prend entre 40 et 50 ans", "donc il faut protéger ce patrimoine, faire tout ce que l'on peut, sans relâche, pour éviter que tout parte en fumée en quelques minutes". 
 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie faits divers feux de forêt