Saint-Varent : un homme tue trois personnes avant de retourner l'arme contre lui

Un homme a tué mercredi trois personnes sur le site d'exploitation d'une carrière à Saint-Varent (Deux-Sèvres) et en a blessé une quatrième, avant de tenter de se suicider. Il est décédé en fin de journée.

Une cellule psychologique a été mise en place après la fusillade de ce mercredi 27 mai 2020.
Une cellule psychologique a été mise en place après la fusillade de ce mercredi 27 mai 2020. © Eric Pollet - MaxPPP
Selon les premiers éléments, le suspect présenté comme un employé de la société a fait irruption vers 15H00 lors d'une réunion du CSE sur le site d'extraction avant de tirer sur les victimes.
Selon une source proche de l'enquête, l'homme de 37 ans qui pratiquait le tir sportif, a fait feu avec un pistolet 9 mm, avant de se tirer une balle dans la tête, se blessant grièvement, son pronostic vital était engagé. Il est décédé quelques heures plus tard, ayant succombé à ses blessures.

L'homme a ouvert le feu, avec un pistolet automatique, tuant trois personnes. Une quatrième personne a été blessée, ses jours ne seraient pas en danger. L'auteur des faits avait été très récemment jugé inapte à tous les postes au sein de la société Roy.

On n'a pas su dans un premier temps si le tireur avait fait feu indistinctement sur la réunion, ou s'il avait visé des personnes en particulier, a-t-on précisé de source proche de l'enquête. Selon le maire de Saint-Varent, Pierre Rambault, le tireur est arrivé dans la salle où se tenait une réunion du CSE (comité économique et social), neuf personnes étaient présentes pour évoquer les modalités de reprise d'activité après le confinement, et où semble-t-il, l'homme avait été lui-même invité.

"Il n'a pas fait irruption, il est entré plutôt calmement dans la pièce. A son regard, le directeur a compris qu'il se passait quelque chose. Il a sorti une arme de poing derrière la première personne qu'il a abattue. Il faisait le tour de la table", a raconté le maire. "Il a fait feu sur les trois personnes visiblement qu'il souhaitait abattre", a assuré le maire, citant des témoignages.
Les trois personnes décédées sont un responsable financier, un représentant syndical CFDT et un représentant du personnel également syndiqué à la CFTD, a précisé l'édile. La CFDT construction et bois de Deux-Sèvres a d'ailleurs publié un communiqué sur son site internet. Selon le maire, l'homme, célibataire, qui "venait d'être déclaré en inaptitude à tout poste" pour une raison inconnue, habitait Loudun (Vienne) où il vivait avec sa mère et "n'était pas en forme" depuis le décès de son père il y a une dizaine de mois. Ses parents étaient divorcés.
L'entrée de la carrière Roy de Saint-Varent est interdite au public après une fusillade.
L'entrée de la carrière Roy de Saint-Varent est interdite au public après une fusillade. © Eric Pollet - MaxPPP
Une enquête de flagrance pour homicide a été ouverte par le parquet de Niort et confiée à la gendarmerie, à la section de recherches de Poitiers et à la brigade de recherche de Bressuire. Plus d'une vingtaine de gendarmes ont été dépêchés sur place. Une cellule médico-psychologique du centre hospitaliser de Niort s'est également rendue sur site et assistait "à la fois les familles des victimes, et les personnes présentes à la réunion qui ont assisté à la fusillade", a précisé la procureur.

Selon le chef d'escadron Emmanuel Weber, commandant la compagnie de gendarmerie de Bressuire, l'homme était assez déterminé. Il est revenu sur le site alors qu'il n'était plus supposé y travailler et a ouvert le feu très rapidement après être entré dans la salle de réunion.

Il a tiré à vue et très rapidement.
- Emmanuel weber, commandant de la compagnie de gendarmerie de Bressuire

C'est ce que confirme le maire de la commune, Pierre Rambault, il  précise que l'auteur des faits n'a pas laissé de mot ni de lettre d'explication, mais selon l'élu, il contestait sans doute la décision d'inaptitude qui avait été prise par le médecin du travail.

Il s'est stationné un peu à la cow-boy devant le bâtiment administratif et il est entré dans la salle de réunion. Il a ouvert le feu très vite, il n'a pas cherché à discuter ou à parler.
- Pierre Rambault, maire de Saint-Varent

La procureure de la République de Niort, Natacha Rateau s'est rendue sur le site dans l'après-midi. La carrière de la Noubleau est un vaste site d'extraction de granulats sur la commune de Saint-Varent, située dans le nord-est des Deux-Sèvres. Une cellule médico-psychologique du centre hospitalier de Niort s'est également rendue sur site et assistait "à la fois les familles des victimes, et les personnes présentes à la réunion qui ont assisté à la fusillade", a précisé la procureure.
Carrière Roy La Noubleau - Saint-Varent (79)
Carrière Roy La Noubleau - Saint-Varent (79) © Stéphane Bourin - France Télévisions


Reportage d'Alain Darrigrand et Philippe Ritaine (27 mai 2020):


Reportage de Florent Loiseau, Alain Darrigrand, Freddy Vetault et Philippe Ritaine (28 mai 2020) :

CARTE - Carrière Roy La Noubleau

Carrière Roy La Noubleau - Saint-Varent (79)
La carrière de la Noubleau est un vaste site d'extraction de granulats sur la commune de Saint-Varent, qui produit des granulats (sables, gravier), et des enrobés à destination de remblais ou de revêtements de chaussées. L'entreprise emploie environ 80 personnes, mais une partie seulement du personnel était présente.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter