Santé : le cœur des femmes plus fragile que celui des hommes

© Pixabay
© Pixabay

Première cause de mortalité chez les femmes, les maladies coronariennes sont en augmentation de 5% par an. Le cœur des femmes se brisent plus facilement que celui des hommes. Les hommes et les femmes n’ont pas les mêmes chances face à l’accident cardiaque.

Par Patricia Mondon

Un préjugé qui tue

La crise cardiaque, pour la plus part d'entre nous, c’est une maladie d’homme. Pourtant une femme sur trois meurt d’une maladie cardiovasculaire, soit huit fois plus que du cancer du sein.

Un patient sur dix en soins intensifs est une femme de moins de 50 ans. Depuis une vingtaine d’années, le mode de vie des femmes a changé. Stress, tabac, alcool, pilule, sédentarité avec pour conséquence, hypertension et diabète.

Les artères des femmes sont beaucoup plus fines et fragiles que celles des hommes. D’où les accidents cardiaques et les AVC de plus en plus nombreux à partir de 45 ans.

Le principal ennemi du cœur féminin : le TABAC . Après 40 ans, trois à quatre cigarettes par jour multiplient par trois le risque d’infarctus.

Les symptômes

Tout le monde associe la crise cardiaque à des douleurs dans la poitrine, dans le bras gauche et la mâchoire. Pour les femmes, les symptômes sont plus atypiques.

Il peut y avoir de l’oppression au niveau du thorax, et cela irradie dans le bras et les mâchoires comme pour les hommes, il y a aussi des symptômes différents des nausées, vomissements, gènes abdominales, des palpitations, il peut s’agir d’un essoufflement. Ce qui est important, c’est le caractère nouveau, inhabituel de ces douleurs.
Docteur Yann Pucheu - cardiologue à l’hôpital Haut-Lévêque de Bordeaux

Les oubliés de la recherche médicale

Les laboratoires ne prennent que peu de femmes lors des essais cliniques pour tester de nouvelles molécules. Conséquences, les femmes subissent beaucoup d'effets secondaires. Elles ont deux fois plus d'effets secondaires graves que les hommes.

Quels conseils ? 

L’éducation thérapeutique permet de mieux vivre la maladie, voire de l’éviter.
© Pixabay
© Pixabay


Manger mieux et bouger plus, c’est au quotidien acquérir une nouvelle hygiène de vie. Changer ses habitudes, arrêter le tabac et demander une fois par an à son médecin traitant, un bilan sanguin et une évaluation des risques cardiaques. A partir de 45 ans,  une femme sur deux est hypertendue, multipliant ainsi les risques d’AVC.

Le cœur se contracte 100 milles fois par jour et pulse huit litres de sang dans le corps. Pour qu’il reste en pleine forme, il faut en prendre soin.
 
© Pixabay
© Pixabay

 ► Les conséquences de ces maladies dans ce reportage et les explications du Professeur Thierry COUFFINALT, Responsable de l'unité du service des maladies coronaires et vasculaires de l'Hôpital Haut-Lévêque du CHU de Bordeaux.
Dossier santé : Maladies cardiovasculaires chez les femmes





 

Sur le même sujet

Les + Lus