• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Sécurité à la chasse en Haute-Vienne : les contrôles existent mais sont rares

Philippe Goursaud, inspecteur de l’environnement à l’ONCFS, lors d'une opération de contrôle des chasseurs, dimanche 18 novembre. / © Ariane Pollaert - France 3 Limousin
Philippe Goursaud, inspecteur de l’environnement à l’ONCFS, lors d'une opération de contrôle des chasseurs, dimanche 18 novembre. / © Ariane Pollaert - France 3 Limousin

L’Office national de la Chasse et de la Faune sauvage (ONCFS) est au cœur du dispositif de contrôle des chasseurs. Les policiers de l’environnement relèvent chaque année des infractions. Mais le service de la Haute-Vienne peut difficilement tout surveiller.

Par Ariane Pollaert

Les accidents de chasse ont fait les Unes de l’actualité ces dernières semaines. Le 16 septembre 2018, une petite fille de 10 ans a été blessée, à Limoges, par un chasseur sans permis qui braconnait dans son jardin.

La sécurité à la chasse est une des préoccupations actuelles. Une pétition demandant l’arrêt de la chasse le dimanche, mise en ligne début novembre 2018, a récolté plus de 200.000 signatures.
 

L’ONCFS, au cœur du dispositif de contrôle


Un organisme de l’Etat est chargé de contrôler le respect des règles de sécurité inhérentes à la pratique de la chasse : l’Office national de la Chasse et de la Faune sauvage (ONCFS). Dix inspecteurs de l’environnement, membres de l’ONCFS, travaillent en Haute-Vienne.

Les agents de cet établissement public sont des policiers spécialisés, qui possèdent des compétences à la fois techniques et judiciaires.
 

Opération de contrôle exceptionnelle 


Une journée de contrôle des chasseurs a eu lieu en Haute-Vienne, dimanche 18 novembre 2018. Ce genre d’opération exceptionnelle n’a lieu qu’une à deux fois par an. Pour l'occasion, des renforts de la Charente, de la Corrèze et de la Vienne étaient mobilisés.
 
Les inspecteurs de l'environnement organisent des opérations exceptionnelles dédiées à la sécurité à la chasse, mais les contrôles peuvent s'effectuer à tout moment. / © A. Pollaert
Les inspecteurs de l'environnement organisent des opérations exceptionnelles dédiées à la sécurité à la chasse, mais les contrôles peuvent s'effectuer à tout moment. / © A. Pollaert

Dix-sept inspecteurs de l'environnement ont sillonné les routes de campagnes haut-viennoises, scrutant les infractions des chasseurs.

Ce dimanche-là, 73 pratiquants ont été contrôlés. Une infraction a été relevée. 

Assurer la sécurité à la chasse est un défi. Plus de 8500 chasseurs sont actifs en Haute-Vienne, selon la Fédération (FDC87), et 10.000 personnes possèdent un permis de chasse.

 
Reportage en Haute-Vienne signé Ariane Pollaert, Thomas Milon, Valérie Agut et Mary Bernhard.
Interlocuteurs : Philippe Goursaud, inspecteur de l’environnement à l’Office national de la Chasse et de la Faune sauvage (ONCFS) / Claude Lavidalie, amateur de promenades en forêt / Dominique Colladant, pratiquante régulière de la course en sentier / Pascal Raffier, Vice-Président de la Fédération départementale des Chasseurs de la Haute-Vienne / Jean-Claude Piochaud, chasseur responsable de battue.

Impossible donc, pour les inspecteurs de l'environnement, de tout contrôler. L'ONCFS doit en outre assurer plusieurs missions supplémentaires ; ils réalisent notamment des études sur l'état de la faune et de son habitat.
 

L'inquiétude malgré une baisse des accidents


La sécurité à la chasse est un enjeu public. En Nouvelle-Aquitaine, 25 accidents de chasse ont été dénombrés par l’ONCFS, sur la saison 2017-2018,

Au niveau national, les chiffres sont de 113 accidents sur la même période, dont 13 mortels.

Plus des trois quart des accidents recensés sont liés au non-respect d'une règle de sécurité.

Pourtant, depuis 20 ans, les accidents sont en baisse constante en France et dans la Haute-Vienne.

Pour faire la chasse aux accidents, les chasseurs de la Haute-Vienne comptent augmenter le nombre de formations de sécurité dans les cinq années à venir. A terme, ils envisagent aussi de les rendre obligatoires.



 

A lire aussi

Sur le même sujet

H24, le nouvel incubateur de Start-Up de Périgueux

Les + Lus