Vendée Globe 2020 : Kevin Escoffier sauvé, Charlie Dalin toujours en tête

Redistribution des cartes à ce vingt-deuxième jour du Vendée Globe. Kevin Escoffier a été récupéré dans la nuit par Jean Le Cam. D'autres skippers, dont Yannick Bestaven, ont changé de cap pour lui venir en aide. De son côté, Charlie Dalin reste en tête en dépassant le cap de Bonne-Espérance. 
Kevin Escoffier a été secouru par Jean Le Cam, vers 2h du matin.
Kevin Escoffier a été secouru par Jean Le Cam, vers 2h du matin. © Vendée Globe
"Il est à bord avec Jean ! On vient de le voir ". Quelques mots qui signent la fin d'une longue attente. Kevin Escoffier a été récupéré cette nuit, aux alentours de 2 h 30 du matin, par Jean Le Cam. Le skipper a attendu près de 14h sur son radeau de survie, à 600 miles au sud-Ouest du cap de Bonne-Espérance. 

"Les heures depuis le dernier message envoyé de Kevin juste avant qu’il n’embarque d’urgence à bord de son radeau de survie ont été interminables", raconte la direction de course du Vendée Globe, "tout a été mis en œuvre pour retrouver le Malouin ballotté dans son radeau de survie à la frontière avec l’océan Indien, à 600 milles dans le Sud-Ouest du cap de Bonne-Espérance".  

Sauvetage sous tension

Un sauvetage de longue haleine pour le skipper et la direction du Vendée Globe, contraint de se réfugier sur son radeau de survie depuis 14 h 30, lundi 30 novembre. 

"Nous avions renvoyé Jean sur une position reçue par le CROSS Gris Nez, position émise par la balise de détresse du bord EPIRB. La simulation de dérive de Météo France correspondait aussi à cette trace", explique Jacques Caraës, le directeur de course, mais, une fois sur place, "il n’a trouvé personne à la position donnée. Il a ensuite repris sa route au Sud-Est pendant trois-quarts d’heure – une heure. Alors qu’il progressait à 1,5 nœuds dans un vent de 20-25 nœuds sous voilure très réduite, il a disparu de l’écran et nous l’avons entendu parler." La tension s'est finalement relâchée vers 2 h du matin, lorsque Jean Le Cam rallume son système vidéo. "Jean est redescendu à la table à cartes, puis nous avons vu Kevin arriver dans son dos en combinaison de survie. Ils sont apparus quelques secondes, en forme tous les deux avant que la vidéo ne coupe. Il va bien. Tout le monde va bien. Ils se remettent !".

Le geste de solidarité a été contagieux. Yannick Bestaven, Boris Hermann et Sébastien Simon ont, eux aussi, été déroutés pour porter secours au skipper de PRB. Ils ont depuis repris la course vers les îles Kergelen. 

Et pas de pénalités pour les skippers : le temps passé à porter secours à Kevin Escoffier sera décompté de leur temps de course.
 

L'équipe Apivia en tête

Tandis que s'achevait cette opération sauvetage, Charlie Dalin a continué sa course, conservant ainsi sa position de leader. Il a ainsi dépassé le cap de Bonne-Espérance, ce mardi vers minuit. 

"Je me prépare pour ma première tempête australe. Je prends déjà pas mal de vent. Cet après-midi, je vais avoir une belle grosse tempête, expliquait lundi, Charlie Dalin. Mais je suis heureux d'être là et en tête, même si j'y accorde peu d'importance vu les dizaines de milliers de kilomètres à parcourir."
Charlie Dalin a pris la tête de la course.
Charlie Dalin a pris la tête de la course. © Vendée Globe
Trop loin de la zone, le skipper d'Apivia n'a pas réussi à porter assistance à Kevin Escoffier, les conditions de navigations s'étant également profondément dégradées en fin de journée. Le skipper a dû faire face à des creux de cinq mètres, et le vent s’est renforcé à près de trente nœuds avec des rafales à plus de 40 nœuds.
 




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vendée globe sport voile