La culture du safran dans la Vienne, l'épice qui vaut aussi cher que l'or

Il vaut aussi cher que l'or et est l'épice la plus précieuse au monde, le safran est cultivé par un petit nombre de producteurs en Poitou-Charentes. Disparue pendant des siècles, la culture de cet or rouge se développe de plus en plus dans la région.
La récolte du safran commence en octobre et ne dure que quelques semaines.
La récolte du safran commence en octobre et ne dure que quelques semaines. © Thomas Chapuzot. France Télévisions
C'est un fait méconnu aujourd'hui, pourtant le safran et les terres du Poitou-Charentes ont une histoire commune depuis très longtemps. La précieuse épice, venue d'Orient, y a été cultivée à partir du Moyen-Âge et pendant plusieurs siècles. Plusieurs villes du territoire ont même vu se développer des marchés au safran d'importance. La plante était alors utilisée pour ces vertus médicinales et mais aussi gustatives.
Cette culture va décliner à partir du 18ème siècle, mise à mal par des hivers rigoureux, et elle va être remplacée par les champs de blé et de vignes. 
Aujourd'hui, la production qui a été relancée depuis plusieurs années reste quasi-confidentielle mais elle tend à croître, portée par des passionnés de cette petite fleur étonnante et de ses qualités. 

Il faut retirer chaque brin du pistil manuellement

Les fleurs de safran, les Crocus Sativus, fleurissent très tard dans la saison, au mois d'octobre et la récolte ne va durer que quelques semaines. Le travail minutieux et exigeant réclame à la fois de la dextérité et beaucoup de patience car il faut près de 200 fleurs pour obtenir un gramme de safran.
A Saint-Sauveur, près de Châtellerault dans le nord de la Vienne, Chantal et Jean-Pierre Malbrand cultivent 23.000 bulbes donnant les fleurs mauves du safran. En cette saison, chaque matin ils ramassent les précieuses fleurs dont ils vont extraire le pistil rouge formé de trois brins qui, une fois séché, va devenir épice. La récolte commence en octobre et se termine avec les premières gelées.
Une fois la cueillette réalisée, le délicat travail d'émondage peut se faire à la main ou même avec une pince à épiler pour retirer les longs stigmates avec le plus de délicatesse possible.
Pour donner ces 23 grammes de pistil de safran, Chantal et Jean-Pierre Malbrand ont cueilli près de 6.000 fleurs.
Pour donner ces 23 grammes de pistil de safran, Chantal et Jean-Pierre Malbrand ont cueilli près de 6.000 fleurs. © Thomas Chapuzot/ France Télévisions


Vendu à 40.000 euros le kilo

Une fois séché, ils vont devenir un or rouge dont chaque gramme est particulièrement précieux et qui se vend à 40.000 euros le kilo. La poudre d'épice, utilisée en cuisine, a la même couleur que l'or, d'un jaune lumineux qui parfume et colore les plats des plus grands chefs mais aussi des cuisiniers amateurs qui décorent leurs plats de quelques stigmates de pistils séchés . Grâce à son goût puissant, le safran séché peut être utilisé avec parcimonie et tout de même faire ressortir toute sa saveur.


Le reportage réalisé sur l'exploitation de Chantal et Jean-Pierre Malbrand, près de Châtellerault dans la Vienne :
La récolte du safran dans la Vienne







 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie gastronomie culture