Ingrandes-sur-Vienne : les salariés lèvent le blocus de la fonderie fonte

Les salariés de la fonderie fonte d'Ingrandes-sur-Vienne viennent de lever le blocus mis en place le 4 juin dernier, à la suite d'engagements pris en faveur de la diversification du site. Côté aluminium, une augmentation du volume de pièces fabriquées se profile à la rentrée.

Le blocus des carters est levé, ce mercredi après-midi.
Le blocus des carters est levé, ce mercredi après-midi. © Marie-Noëlle Missud / FTV

Les salariés des fonderies fonte à Ingrandes-sur-Vienne ont levé ce mercredi le blocus des carters destinés à Renault, leur principal donneur d'ordre, accusé depuis de longues semaines de ne plus maintenir un niveau de commandes suffisant au maintien d'une activité normale du site. 

La décision de lever le blocus entamé le 4 juin dernier a été prise à la suite d'un comité social et économique (CSE) qui s'est tenu dans l'après-midi. A l'issue d'une assemblée générale, les syndicats se sont prononcés en faveur de ce déblocage, à la condition que les pièces soient toutes vendues et que l'argent de la vente soit injecté dans le projet de diversification du site. La direction devait s'engager par écrit en ce sens.

Au cours de ce CSE, le recours à un cabinet d'experts pour aider à trouver une filière de diversification à l'activité de la fonderie fonte a également été entériné. 

Nous sommes en mesure de faire autre chose que des carters, comme des fusée de train avant ou des pièces de freinage.

- Thierry Waye, délégué CGT fonderie fonte

Ces nouvelles annonces se révèlent de nature à rassurer, en partie, les salariés de la fonderie fonte qui savent que la menace d'un plan de sauvegarde de l'emploi plane toujours sur le site.

"Il nous faut un niveau de production de carters suffisant pour nous maintenir en activité", explique Thierry Waye, délégué CGT de la fonderie fonte, "le temps que l'on démarre autre chose en parallèle".

Il poursuit : "Nous sommes en mesure de faire autre chose que des carters : des pièces de liaison au sol par exemple comme des fusée de train avant, des pièces de freinage..."

Le syndicaliste met en avant la possibilité de travailler sur les nouveaux carters, actuellement développés en Allemagne, à destination des derniers véhicules diesel, des véhicules utilitaires.

Les salariés des fonderies fonte et aluminium, ce mercredi après-midi, restent très mobilisés pour la sauvegarde de leur usine.
Les salariés des fonderies fonte et aluminium, ce mercredi après-midi, restent très mobilisés pour la sauvegarde de leur usine. © Marie-Noëlle Missud / FTV

Fonderie alu : des avancées

Un peu plus tôt dans la matinée, un premier CSE s'est d'abord tenu avec les syndicats de la fonderie aluminium. CSE au cours duquel, les élus du personnel ont constaté le versement lundi des 3 millions d'euros promis par le groupe Liberty House pour la fabrication de la nouvelle culasse HAR10 de Renault. 

On reste prudent car les volumes peuvent être aléatoires, ça peut évoluer de semaine en semaine.

- Jean-Philippe Juin, délégué CGT de Liberty Alu Poitou

La rencontre a également permis d'acter un autre point important pour les salariés : la garantie du maintien des salaires, même en cas de baisse de la commande.

En échange, Arnaud Tronche, le directeur des opérations du groupe Alvance (créé par Liberty House pour gérer les fonderies), a demandé la présentation d'un projet de diversification du site aluminium vers l'aéronautique et la défense. Cette piste de diversification passerait par le recrutement de commerciaux pour gagner de nouveaux marchés.

Actuellement le volume de production de la fonderie aluminium s'élève à 30.000 pièces par mois, contre 45.000 habituellement. Le chiffre pourrait être porté à 54.000 à partir du mois de septembre.

"On reste prudent car les volumes peuvent être aléatoires, ça peut évoluer de semaine en semaine", explique Jean-Philippe Juin, délégué CGT de Liberty Alu Poitou. 

Les représentants syndicaux se disent vigilants et prêts à se mobiliser si la situation venait à se détériorer.

Blocage du magasin d'expédition pour empêcher les sorties des pièces destinées à Renault, le 4 juin 2020.
Blocage du magasin d'expédition pour empêcher les sorties des pièces destinées à Renault, le 4 juin 2020. © Thomas Chapuzot/ France Télévisions

Reportage de Marie-Noëlle Missud, Laurent Gautier et Philippe Ritaine :

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
industrie économie automobile
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter